Monologue intérieur

Répondu

Bonjour
Peut on dire que la phrase suivante est un monologue intérieur :
Me demande comment je lui apparais . Haut comme une tour?Non, elle me saute sur le dos.

Discours direct celle ci:
A peur des poulets, dit-il moqueur.A peur des pou-poissons. Jamais vu une minouche aussi sotte que cette minouche là.
Joyce Ulysse

Kind Érudit Demandé le 31 octobre 2019 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonsoir Kind, pour votre première question, oui, on peut dire que cette phrase est un monologue intérieur (il est clair qu’il s’agit de la transcription de la réflexion « intérieure » d’une personne).

Le deuxième paragraphe est-il une question ? Si oui, il s’agit bien d’un discours direct (malgré l’absence des guillemets ou des tirets usuels), le style est d’ailleurs identique à celui de la première partie.

Sur la forme, il manque plusieurs traits d’union : Peut-on, celle-ci, cette minouche-là. Et aussi pas mal d’espaces manquantes ou mal placées : en trop avant le point suivant je lui apparais, manquants avant et après le point d’interrogation suivant comme une tour et après le point suivant moqueur.

ChristianF Grand maître Répondu le 31 octobre 2019

Le deuxième paragraphe commence par un tiret je l ai oublié
_ A peur des poulets, dit il moqueur.A peur des pou-poussins.

le 31 octobre 2019.

Ces phrases sont extraites d’Ulysse de James Joyce.
Voici un extrait de Wikipédia qui vous intéressera je pense (c’est moi qui souligne):
La construction et les différentes techniques d’écriture utilisées, qui changent à chaque épisode, obtinrent un large écho lors de sa parution. Joyce réinvente le roman plusieurs fois, par les changements de style, en s’affranchissant des barrières du langage, et en déplaçant l’objet du roman : de la narration des événements à la narration elle-même et aux pensées intérieures des personnages. On y suit les pensées telles qu’elles apparaissent, se transforment.

On touche aux limites de l’impossible. Le discours est sans adresse, sans autre, par définition, puisqu’il est intérieur, il laisse en suspens la question de l’altérité. Il est aussi aux limites de l’imposture puisqu’il a vocation à se présenter sous les apparences de la vérité. La petite voix intérieure, la conscience... France Culture

Il n’est donc pas étonnant que vous ayez du mal à discerner les différents types de discours dans cette œuvre.

Tara Grand maître Répondu le 1 novembre 2019

Merci beaucoup

le 1 novembre 2019.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.