Mettre au pluriel : une personne-contact

Comment écrire le pluriel de personne-contact ?
des personnes-contact ou des personnes-contacts ?

Merci beaucoup
Nicole

Nic Débutant Demandé le 24 février 2021 dans Accords
5 réponse(s)
 

Si vous voulez dire des personnes qui servent de contact alors écrivez : des personnes contact,
Mais si vous voulez dire des personnes qui sont des contacts : écrivez : des personnes contacts.

Tara Grand maître Répondu le 24 février 2021

L’Académie française et la Banque de dépannage linguistique (BDL) se sont efforcées de dégager des critères permettant de savoir si l’on doit marquer le pluriel aux noms épithètes (nom +nom). Je vous propose de les appliquer.

Il convient de lire cet article de la BDL… (Certains le connaissent déjà.) 

Maintenant, je peux vous donner mon avis : le mot « contact » dans  « personne contact » n’est pas en simple apport de qualification au sens de la BDL* ;  on ne peut pas dire la personne « est un contact » ou « comme un contact »*, en ayant à l’esprit les acceptions du mot « contact » que nous connaissons. Par contre, il est en apport de complémentation  : il s’agit d’un tour elliptique qui suppose que les termes ne sont pas sur le même plan (Ac.).
_________________________________________________________________________________
* Ex. de noms épithètes en apport de qualification : un acteur vedette, des acteurs vedettes (des acteurs qui sont des vedettes); une boutique atelier, des boutiques ateliers (des boutiques qui sont des ateliers) ; un chapeau melon, des chapeaux melons (des chapeaux qui sont comme des melons).

**Ex. de noms épithètes en apport de complémentation : des voyages éclair  (à la vitesse de l’),  des opérations commando  (menées par un) des négociations marathon (qui ont la durée d’un).

D’après les ex. , vous avez déjà compris que les noms en apport de qualification prennent en général, le cas échéant, la marque pluriel, alors que les noms en rapport de complémentation  sont le plus souvent singuliers. (Cf. art. de la BDL. .

Conclusion : « contact » pouvant, dans « personne contact », signifier « qui a été en contact avec une personne contaminée », il peut être  considéré comme en apport de complémentation et donc, en principe, invariable. Je propose donc à Nic d’écrire : des personnes contact (sans prétendre détenir la solution miracle).  Et pour le trait d’union, voyez la fin de l’art. de l’excellente BDL. 

Prince Grand maître Répondu le 24 février 2021

Bonjour Tara, Prince et Manuel ,

Merci beaucoup pour vos réponses tout aussi utiles les unes que les autres.
Je ne peux d’ailleurs pas en choisir une comme étant la meilleure. Chacune donne son éclairage et globalement arrive à la même conclusion : l’accord de « contact » n’est pas judicieux.

Le sens réel de « contact » dans le mot « personne-contact » que je vous ai soumis est : personne qui entre en contact avec une autre pour l’aider, l’accompagner. Nous sommes dans le cadre d’une association de patients dont certains sont formés à l’accompagnement et aux visites. Le titre de « personne-contact » leur a été attribué il y a longtemps lors des premières formations. L’ennui est que personne n’orthographie le terme de la même façon.)

Concernant le trait d’union, il me semble qu’il se justifie par le fait que le nouveau nom formé en accolant deux noms a un sens propre.

Etant novice sur ce site, je ne comprends pas bien comment je peux « évaluer » vos réponses. Merci de m’éclairer.

Bien cordialement,
Nicole

Nic Débutant Répondu le 26 février 2021

Pour moi des personnes contact ce sont des personnes avec qui j’ai été en contact, j’ai du mal à faire l’accord.

Manuel Grand maître Répondu le 24 février 2021

Je suis d’accord avec vous Manuel.
Contact ne peut être une personne que par métonymie.

Une métonymie est une figure de style qui, dans la langue ou son usage, utilise un mot pour signifier une idée distincte mais qui lui est associée. L’association d’idées sous-entendue est souvent naturelle. Wikipédia

Il me semble donc qu’utiliser cette métonymie dans une apposition en fait quelque chose de complexe que j’éviterais.

le 25 février 2021.

Bonjour Tara, Prince et Manuel ,

Merci beaucoup pour vos réponses tout aussi utiles les unes que les autres.
Je ne peux d’ailleurs pas en choisir une comme étant la meilleure. Chacune donne son éclairage et globalement arrive à la même conclusion : l’accord de « contact » n’est pas judicieux.

Le sens réel de « contact » dans le mot « personne-contact » que je vous ai soumis est : personne qui entre en contact avec une autre pour l’aider, l’accompagner. Nous sommes dans le cadre d’une association de patients dont certains sont formés à l’accompagnement et aux visites. Le titre de « personne-contact » leur a été attribué il y a longtemps lors des premières formations. L’ennui est que personne n’orthographie le terme de la même façon.)

Concernant le trait d’union, il me semble qu’il se justifie par le fait que le nouveau nom formé en accolant deux noms a un sens propre.

Etant novice sur ce site, je ne comprends pas bien comment je peux « évaluer » vos réponses. Merci de m’éclairer.
Bien cordialement,
Nicole

Nic Débutant Répondu le 26 février 2021

Nous ne sommes pas dans une science exacte, Nicole.  Il est d’ailleurs heureux qu’il y ait des zones floues dans une langue.
Que vous dire ? Je ne pourrait que reformuler ce que j’ai déjà écrit.
Pour ce qui concerne le trait d’union, voici une information de plus qui va dans votre sens :

Les composés occasionnels. Nous entendons par là les mots de « parole » ou de « discours » non lexicalisés.
La presse, la publicité, certains ouvrages didactiques abondent en formations de circonstance, éphémères par principe (sans parler des hapax propres aux écrivains). Évoquons entre autres exemples tel ouvrage de H. Meschonnic (1991), où l’on rencontre au fil des pages des dizaines de formes libres unies par le trait d’union : un livre-temple, le dictionnaire-contestation, l’étymologie-nature, une perfection-continuité, les Hommes et les non-Hommes, le théologico-linguistique, la grammaire-description, un hétéro-univers, une réflexion-bilan, etc. ou, dans un autre registre, les composés sur re- cités par P. Gilbert (1985: 530-531): Le train est reparti et les revoilà : re-bruit, re-porte, re-lumière. Le projet court, se ramasse, se relève, re-court, se re-ramasse.

De telles formations sont beaucoup trop instables pour faire l’objet d’un inventaire, à plus forte raison pour être recensées dans le cadre d’un dictionnaire.

HAL Syntaxe du trait d’union – document
Une page qui me paraît d’autant plus intéressante que l’esprit en est descriptif et non normatif.

le 1 mars 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.