Malfaire

Bonjour,

Cette phrase est -elle correcte ?

« Je pensais malfaire mon devoir et il s’avère que je l’ai réussi »

NB: je découvre à l’instant ce verbe, tout comme « assavoir ».

Cordialement.

Estudiantin Maître Demandé le 3 décembre 2016 dans Conjugaison
2 réponse(s)
 

Bonjour Estudiantin.

« Malfaire » (= commettre de mauvaises actions) est un mot ancien qui n’est employé qu’à l’infinitif.
On ne le trouve ni dans le Larousse, ni dans la Robert !
D’autre part il est intransitif.
Donc autant dire : je pensais avoir mal fait mon devoir et il s’avère que je l’ai réussi.

La première phrase est correcte.

Cordialement.

PhL Grand maître Répondu le 3 décembre 2016

Merci Phl,

Donc, c’est un verbe à bannir, à ne surtout plus employer ?

le 3 décembre 2016.

Bonjour Estudiantin,

Malfaire est un verbe vieilli (très), comme l’indique le TFLI. On le trouve dans le Littré en effet et dans le Dictionnaire du moyen français… Il a donné « malfaisant ». Je te recommande d’écrire mal faire en deux mots.

Assavoir est lui aussi vieilli, mais encore cité comme tel dans la dernière édition du dictionnaire de l’Académie. Utile à connaître, pas à employer !

Evinrude Grand maître Répondu le 3 décembre 2016

Merci Evinrude

À l’heure actuelle, je dois donc écrire cette phrase comme ceci :

« S’il est quelque misérable état au monde où l’homme ne
puisse pas vivre sans mal faire ».  [ Rousseau ]

le 3 décembre 2016.

Non, si tu le cites, tu peux utiliser le terme exact employé par lui à son époque. Néanmoins, il faudrait vérifier comment les éditeurs de l’Émile traitent ce mot de nos jours, car les textes un peu ancien sont parfois remis au goût du jour pour rester accessibles au plus grand nombre.

le 3 décembre 2016.

Les mots sont comme les femmes et les hommes ils se meurent tôt ou tard…

Merci beaucoup.

le 3 décembre 2016.

Et ils laissent souvent une descendance !

le 3 décembre 2016.

Oui comme ton exemple« malfaire » devient adjectif « malfaisant »

le 3 décembre 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.