majuscules aux noms de Banque

Bonjour,
J’aimerai savoir comment écrire le nom des banques : faut-il les écrire avec en minuscule ou majuscule ? Exemple : Société Générale. Crédit Agricole ?
Je vous remercie de votre réponse.
Cordialement

GENOVESE Débutant Demandé le 31 juillet 2017 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Respecter les choix typographiques de chaque marque risque d’être un peu contraignant… (Je pense aux feignasses [dont je suis].)
NIVEA (tout en capitales)
flunch (tout en minuscules)
Editions è®e (plus délicat !)
Il s’agit déjà de savoir quels sont les choix typographiques de chaque marque, et ce n’est pas une mince affaire.
À quelle(s) source(s) aller chercher ces informations ?…
Si par exemple l’on se réfère au site internet d’une marque, on trouve bien souvent différentes graphies pour celle-ci.
(Pour ne pas arranger les choses, les fantaisies graphiques ne sont pas limitées aux seules marques : la loi NOTRe, le parti cdH… Faut-il aussi respecter ces choix ? jusqu’à quel point ?)

Pour ma part, j’en ai déduit qu’il ne restait plus qu’à se reporter aux bonnes vieilles règles de typographie…

(Je crois que tous les maux viennent de la disparition du CAP de typographe, maître ès capitales et bas-de-casse.)

veso Maître Répondu le 31 juillet 2017

Ah, bravo pour la mention du C.A.P. de typographe, pour lequel on apprenait aussi tout sur le point abréviatif !
;—)

le 31 juillet 2017.

Vous avez raison.
Mais ici, la dénomination commerciale est tellement connue, tellement répandue qu’il n’y a pas d’hésitation possible (on a bien Mr.Bricolage,  au détriment de la grammaire… ), tout comme dans Crédit Mutuel, etc.
Ce n’est alors pas difficile de respecter le choix de ces établissements bancaires et d’écrire leurs dénominations avec deux majuscules :
Société GénéraleCrédit AgricoleCrédit Mutueletc.
Ce n’est pas difficile non plus de retenir cette orthographe, on la rencontre tous les jours.

le 1 août 2017.

Si le CAP de typographe existait toujours, on n’y apprendrait plus à mettre des points abréviatifs ! Je ne regrette pas la disparition progressive de ceux-ci (parce que je ne vois pas bien ce qu’ils apportent, y compris sur le plan esthétique), mais il serait bien sûr « anachronique » de les supprimer d’un texte plus ancien. Dans un texte actuel, c’est eux que je trouve anachroniques…

Société Générale, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, etc. : ce qui me gêne, c’est que j’ai l’impression d’être victime de leurs techniques commerciales, de leur faire de la pub in fine. (Au surplus, je veux bien leur en faire, mais il faudra qu’ils arrivent à me corrompre et je risque de résister un peu, pour la forme.)

le 1 août 2017.

Ce n’est pas leur faire de la publicité que de les appeler, de les écrire par leur nom.

le 2 août 2017.

@veso Le journalisme actuel vous donne raison : les points abréviatifs sautent de partout. Mais c’est surtout la prolifération des sigles qui peut inquiéter : comment a-t-on pu vivre des siècles sans en  profiter ?

le 3 août 2017.

Il semblerait que la Société générale râle quand elle n’a pas ses deux capitales, mais j’estime que ce n’est pas une raison suffisante pour en mettre deux… L’adjectif suit le nom, on se contentera donc d’une capitale initiale dans les deux cas.

veso Maître Répondu le 31 juillet 2017

Je vous remercie.
Cordialement

GENOVESE Débutant Répondu le 31 juillet 2017

Société Générale et Crédit Agricole sont des marques commerciales. À ce titre, ces banques ont pu adopter les graphies qui leur convenaient.. Ainsi, mettre une majuscule à chacun des mots qui composent leur dénomination est un choix, c’est parfaitement leur droit. Nous devons le respecter.

jean bordes Grand maître Répondu le 31 juillet 2017

Votre raisonnement ressemble à de la sagesse jean bordes, mais cela mène à tous les excès que décrit Veso !

le 2 août 2017.

Ce n’est pas la première fois que l’on parle ici des effets de la « logotisation » des raisons sociales : les noms disparaissent derrière l’image. On n’y peut pas grand chose malheureusement, mais on doit se souvenir d’un point pour éviter de de sombrer dans la neurasthénie : autant orthographe et grammaire s’imposent de manière généralisée, autant la typographie est tributaire du type de texte.
Inutile de chercher « un » code typographique. La publicité a le sien (le fameux 3ème au lieu de 3e, et il ne veulent pas en changer), le journalisme aussi (les « marches » inamovibles propres à un journal), un dictionnaire est truffé de conventions spécifiques, un recueil de poèmes versifiés se fiche des règles du roman et une pièce de théâtre se typographie de manière unique en son genre. Et jusqu’à la Bible, dont je vous recommande la lecture sous l’angle typo…

Finalement  :
— pour un ouvrage généraliste à typo soignée, on emploiera la seule graphie d’origine : Le Crédit agricole ;
— pour un écrit tout venant, on se conformera sans état d’âme au code dominant : Le CRÉDIT AGRICOLE ( tout en capitales en publicité par exemple) ou Crédit Agricole (tout le reste…)

P.S. Je découvre qu’en Bourse l’action est cotée comme Crédit agricole S.A. 

Chambaron Grand maître Répondu le 31 juillet 2017

A propos de « logotisation », notamment pour les noms de banque, je me souviens de batailles mémorables avec les attachées de presse des Banques populaires (qui voulaient tout attacher) ou de BforBank (lire biforbanque). Je découvre aujourd’hui que La Banque postale vient de racheter : KissKissBankBank & Co. Et je souhaite le meilleur à tous les correcteurs.

le 1 août 2017.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.