Madame Bovary: « et se sentir emporter par elle dans sa volée »

Bonjour,

Je lis actuellement Madame Bovary de Flaubert chez Folio classique. Au cours de ma lecture, je tombe sur cette phrase:

« Il mangeait des mûres le long des fossés, gardait les dindons avec une gaule, fanait à la moisson, courait dans le bois, jouait à la marelle sous le porche de l’église les jours de pluie, et, aux grandes fêtes, suppliait le bedeau de lui laisser sonner les cloches, pour se pendre de tout son corps à la grande corde et se sentir emporter par elle dans sa volée. »

Je suis étonné par le « emporter« . J’aurais personnellement écrit « emporté ».

Lorsque je tape « et se sentir emporter par elle dans sa volée » dans google, j’obtiens 17 résultats dont des résultats google books qui montrent que cette orthographe est utilisée dans plusieurs éditions.

Cependant, lorsque je tape « et se sentir emporté par elle dans sa volée » dans google, j’obtiens 6 résultats dont ce lien https://www.ibibliotheque.fr/madame-bovary-gustave-flaubert-fla_bovary/lecture-integrale/page4. Il s’agit tout de même visiblement d' »une collection dirigée par Jean d’Ormesson ». Bien sûr, il n’est pas responsable de l’orthographe choisie, mais tout de même!

Quelle est la bonne orthographe ? Si la bonne orthographe est « emporter », alors quelle est la nuance au niveau du sens ?

Je vous remercie
Cordialement
Nicolas

NicoJ Membre actif Demandé le 6 janvier 2018 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Dans son manuscrit (http://www.bovary.fr/corpus/221/jpg/def_0_011.jpg), Flaubert utilise bien « emporté » et non « emporter » , ce qui me semble logique:

Il faut croire que nous avons affaire à plus d’un siècle (1881) de recopie d’une faute d’orthographe ! Heureusement que Jean d’Ormesson avait l’œil !

NicoJ Membre actif Répondu le 7 janvier 2018

Bravo pour votre constance dans la recherche des pièces originales.  La question des différentes éditions et rééditions d’un texte est un sujet des plus distrayants et qui réserve souvent beaucoup de surprises.
L’orthographe d’un texte publié est depuis l’origine de l’imprimerie de la responsabilité de l’éditeur (jadis via l’imprimeur qui disposait des correcteurs juste avant la composition finale). Les auteurs ont rarement eu de l’intérêt pour cette « science des ânes ».
Tous les ouvrages anciens (Rabelais, Corneille et tant d’autres) ont maintes fois été remaniés pour les remettre en phase avec les modes d’une époque. Chaque nouvelle édition du Dictionnaire de l’Académie était une occasion de mettre à jour les textes et la dernière cuvée ( 9e édition en cours et rectifications de 1990) amènera normalement le même phénomène. Le problème est que de nos jours la circulation incontrôlée de documents électroniques amène la diffusion de copies pirates et parfois pleines d’erreurs. Nous avons changé d’époque…

le 7 janvier 2018.

A la réflexion, je crois saisir la nuance. On peut dire « se sentir tomber » ou « se sentir pousser des ailes ». J’aimerais avoir des retours d’autres personnes malgré tout…

Pourquoi ce choix de l’auteur ?

NicoJ Membre actif Répondu le 6 janvier 2018

« Se sentir emporter » ne pose pas de problème en lui-même. Tout dépend de ce qui suit, par exemple : « Il se sentit emporter le sac à l’extérieur dans un mouvement qu’il ne contrôlait pas ». On pourrait écrire, par exemple, « se sentir vibrer » et il ne faudrait en aucun cas écrire « se sentir vibré« . Ce qui pose problème est le fait que c’est suivi de « par elle », qui indique un passif. Il me semble qu’il faut « emporté » et que l’infinitif est fautif.
Quant aux « différentes » éditions, elles peuvent ne pas l’être tant que cela : un même fichier peut servir de nombreuses fois…

jbambaggi Grand maître Répondu le 7 janvier 2018

On a l’habitude de dire que soit le sujet subit l’action (d’où l’accord du participe passé) soit il l’effectue (donc infinitif). C’est une formulation courte qui évite de longues explications…

le 7 janvier 2018.

L’erreur semble remonter à l’édition de 1881, disponible sur le site de la bnf :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65527210/f21.image

NicoJ Membre actif Répondu le 7 janvier 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.