Lorsqu’on / Lorsque à

Bonjour.

Quelqu’un sait-il pourquoi on élide le « e » de lorsque uniquement dans quatre cas :  lorsqu’en, lorsqu’il/elle, lorsqu’on, lorsqu’un/une.

Quel est le nom du grammairien qui  a pris une décision si arbitraire. Abélard ? ou l’amant d’Amélie ?

Cela dit, Racine a écrit : « Lorsqu’avec mon cœur ma main peut s’épancher… »
En ces temps-là, on était raisonnable.

e_magnin Grand maître Demandé le 21 avril 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Je n’ai pas vérifié sur internet (la réponse doit bien se trouver quelque part), mais il me semble logique d’éviter un hiatus entre le « e » final de « lorsque » et le mot suivant commençant par une voyelle.

Clic Grand maître Répondu le 21 avril 2018

Relisez-vous, cher/chère Clic, ou relisez-moi : « Pourquoi  élide-t-on le « e » de lorsque uniquement dans quatre cas »

En effet, on écrit : lorsque Abélard, lorsque aucune personne, lorsque aujourd’hui on lit dans la presse, lorsque Émilie, lorsque Octave, etc.

De fait, j’ai trouvé, peut-être, une raison : autrefois, on avait moins tendance à rendre les e muets (caducs). D’où la graphie lorsque.
Peut-être…

e_magnin Grand maître Répondu le 21 avril 2018

Voici une réponse que je viens de donner sur un site littéraire.
Comme correcteur, je tiens de moins en moins compte de ces incohérences entre les sources et j’élide de plus en plus sauf pour presque et quelque

« Comme pour beaucoup d’autres sujets, il y a une belle cacophonie dans la manière d’élider les composés de « que ». Il faut une mémoire d’éléphant pour savoir comment écrire « correctement » ce qui se prononce de manière quasiment identique. Qu’on en juge :
— élision presque systématique : que, jusque, tandis que ;
— élision devant certains mots [ il(s), elle(s), on, un(e), en, voire d’autres ] : lorsque, puisque, quoique, parce que ;
— élision très limitée : presque, quelque.
Dans la Littérature, on trouve un peu de tout et rien ne justifie de telles disparités.
Il serait temps d’y mettre un peu d’ordre et d’accepter les deux formes sans discrimination… »

Article Le Figaro du 25 janvier 2018.

Chambaron Grand maître Répondu le 21 avril 2018

Merci.
Je me sens moins seul…

le 21 avril 2018.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.