Loin de là ; tant s’en faut ; il s’en faut .

Voici la phrase que propose le projet Voltaire:

Ce nouveau venu na toujours pas la confiance de la direction, loin sen faut !

 Voici  l’explication :

 

« loin s’en faut » ou « tant s’en faut » ?

On évitera, dans le langage soigné, d’user de la locution « loin s’en faut », issue par croisement de loin de là et de tant s’en faut.

Pour signifier « bien au contraire », on lui préférera cette dernière, voire il s’en faut, il s’en faut (de) beaucoup.

Et voici ce que dit l’Académie :
http://www.academie-francaise.fr/loin-sen-faut

Loin s’en faut

Le 05 avril 2012

Emplois fautifs

Les expressions Loin de là et Tant s’en faut ou Il s’en faut sont confondues dans la construction fautive Loin s’en faut.

─ Pour repousser une allégation, on s’écriera Loin de là ! Loin de moi une telle idée !

─ Pour souligner un écart, une différence en nombre, en quantité, on utilisera Tant s’en faut, Il s’en faut (sous-entendu de beaucoup).
Nous ne sommes pas assez nombreux, tant s’en faut.
Je n’ai pas réuni cette somme, il s’en faut.

Ne pensez-vous pas que la bonne réponse est :

Ce nouveau venu na toujours pas la confiance de la direction, loin de là!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

czardas Grand maître Demandé le 12 mai 2016 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
1 réponse(s)
 

Bonjour.

On trouve aussi dans le dictionnaire de l’Académie :  » Loc. Il s’en faut, tant s’en faut, loin de là, bien au contraire » qui semble indiquer une équivalence des deux termes.

Pour « loin de là » , l’Académie dit : « En tête de phrase, dans des tournures exclamatives, pour se défendre d’un sentiment, d’une pensée qu’on pourrait se voir imputer. Loin de moi cette idée ! Loin de moi une telle intention ! Loin de là ! bien au contraire, tout au contraire. Il n’a pas modifié sa conduite, loin de là ! »
Aussi on peut utiliser celle locution pour bien au contraire.

Pour « tant s’en faut », on peut aussi s’intéresser à la signification, donnée par l’Académie, de « s’en falloir » qui nous donne une indication : « Pron. S’en falloir de, suivi généralement d’un nom ou d’un adverbe de quantité, se dit pour indiquer une différence en moins. Il s’en faut de cent francs, il manque cent francs. »
Comme vous le dites, « tant s’en faut » marquerait plus un manque, une différence en moins, et donc une quantité plus matérielle ?

Dans la phrase que vous citez, je partage votre avis pour préférer « loin de là » que l’on peut remplacer par bien au contraire, mais de façon plus abstraite que « tant s’en faut ».

Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 12 mai 2016
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.