L’impératif du verbe pouvoir

Répondu

Les ouvrages de grammaire nous l’affirment : le verbe « pouvoir » n’a pas d’impératif.
En principe, il est vrai qu’on ne peut pas ordonner à quelqu’un de pouvoir.

Cependant, l’impératif est également employé (en dehors de l’ordre et de l’interdiction) pour exprimer une prière ou un conseil.

Aussi, ne peut-on pas dire « Puissé-je y parvenir ! » / « Puissions-nous obtenir gain de cause » / « Puissiez-vous avoir raison ! » ?

CATHY LÉVY Grand maître Demandé le 23 mars 2016 dans Conjugaison
Ajouter un commentaire
4 réponse(s)
 

Dans vos exemples, il ne peut s’agir de l’impératif.

• L’impératif est le temps que l’on emploie pour donner un ordre,  faire une injonction :
Marchez !
Dormez-bien.

• L’impératif ne connaît que deux personnes, , la première et la deuxième, au singulier ou au pluriel :  je et nous, tu et vous.
Dans vos exemples, nous avons toutes les personnes :
Puissé-je y parvenir !
Puisses-tu y parvenir ! (Avec s).
Puisse-t-il y parvenir !
Puissions-nous obtenir gain de cause !
Puissiez-vous avoir raison !
Puissent-ils avoir raison !

• La notion d’injonction est peu adéquate lorsqu’on émet un désir (soyez heureux !) ou un pur souhait qui ne dépend pas de notre volonté, mais dans ce cas, on emploie le subjonctif :
Que Dieu vous entende !
Le subjonctif s’emploie sans que dans un assez grand nombre de formules consacrées, surtout à la 3e personne :
Dieu vous garde !
Dieu veuille me pardonner !
Le ciel l’entende !  
Il s’emploie également avec un pronom personnel placé après le verbe :
Dieu puisse-t-il me l’accorder le cas échéant ! (Stendhal).

• Ainsi, l’on voit bien que vous avez utilisé le subjonctif : 
[Pourvu que] je puisse y parvenir ! : Puissé-je y parvenir !
[Pourvu que] nous puissions obtenir gain de cause ! : Puissions-nous obtenir gain de cause !
[Pourvu que] vous puissiez avoir raison ! : Puissiez-vous avoir raison !

jean bordes Grand maître Répondu le 23 mars 2016

Si je suis absolument d’accord avec vous sur le fait que j’ai posé une question complètement idiote (je suis morfondue d’avoir pondu une telle ânerie…), en revanche je me permets (très respectueusement) de contester certaines de vos affirmations :
_ Je suis formelle sur le fait que l’impératif s’emploie pour exprimer un ordre ou une interdiction, mais également une prière ou un conseil :
Ne discute pas ! (interdiction)
File dans ta chambre ! (ordre)
Prends un bain, ça te détendra.  (conseil)
Mange un peu, je t’en prie, essaye au moins… (prière)

_ Je suis également absolument formelle sur le fait que l’impératif ne se conjugue  pas à la première personne du singulier mais seulement à la deuxième personne du singulier et aux première et deuxième personnes du pluriel. (et sans pronoms, ce qui souligne la bêtise de ma question !)

_ C’est entendu j’ai cité « Puissé-je », qui était une ineptie, j’en conviens vous dis-je !… mais vous n’en rajoutez pas un peu beaucoup ?
Je n’ai cité que trois exemples, pas de « Puisses-tu » (avec ou sans « s »), et pas plus de « puisse-t-il » ou « puissent-ils ».

le 25 mars 2016.
Ajouter un commentaire

Bonjour Cathy,

Pour progresser, je prends connaissance des questions posées par les grands maîtres du site qui sont souvent très intéressantes. La vôtre a suscité mon attention car je ne m’étais jamais posé la question.
Voici ce que j’ai trouvé sur ce site:

Vouloir et pouvoir exprimant une injonction

Les verbes « vouloir » et « pouvoir » peuvent être utilisés, dans la langue soutenue, avec une valeur d’impératif :

  • « Puisses-tu réussir ce concours ! »

  • « Veuillez prendre place. »

Une morphologie particulière

Alors que les impératifs des autres verbes sont formés sur la base de l’indicatif présent, « pouvoir » et « vouloir » sont fondés, eux, sur une base de subjonctif :

  • « puisse », « puissions », « puissiez » est en réalité non un impératif, mais un subjonctif injonctif ; la preuve en est qu’il conserve son sujet : « puisses-tu », « puissions-nous », « puissiez-vous » ;

  • « veuillez » (qui n’existe guère qu’à la deuxième personne du pluriel, soit comme vrai pluriel, soit comme pluriel de politesse : son registre soutenu ne s’accorderait pas avec un tutoiement) est un vrai impératif, sans pronom sujet ; mais il est construit sur la base d’un subjonctif : « que je veuille », « que tu veuilles »…

Une syntaxe particulière

Si rien ne signale la syntaxe du positif, en revanche, « pouvoir » et « vouloir » ne peuvent eux-mêmes recevoir de négation. Celle-ci est donc reportée sur l’infinitif complément.

On ne dira pas :

  • *Ne puisses-tu pas échouer. » mais « Puisses-tu ne pas échouer. »

  • « Ne veuillez pas vous asseoir sur ces fauteuils. » mais « Veuillez ne pas vous asseoir sur ces fauteuils. »

Bonne journée
LaurenceA Grand maître Répondu le 1 mai 2019
Ajouter un commentaire

J’ai trouvé sur un site internet en partenariat avec quelques académies de français une proposition de conjugaison à l’impératif du verbe pouvoir, que voici ci-dessous :
puisses (seconde personne du singulier)
puissons (première personne du pluriel)
puissez (seconde personne du pluriel)

J’espère que ma réponse vous sera utile.

suggestion Débutant Répondu le 10 septembre 2017

Une source serait bien utile !

le 10 septembre 2017.
Ajouter un commentaire

Merci Laurence pour cette séquence rapportée sur l’impératif de « vouloir » et de « pouvoir ».

Une des sources de difficultés et de confusions avec l’impératif réside dans le fait que l’on lit assez souvent que ce mode est celui de l’injonction, alors que cela est partiellement faux : l’impératif n’exprime pas que l’injonction, et celle-ci ne s’exprime pas qu’au moyen de l’impératif.
Il convient de distinguer aussi la notion de le « phrase impérative » et celle de « phrase optative ».

Cordialement.

Prince Grand maître Répondu le 11 juin 2019
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.