liaison interdite ?

https://www.lepointdufle.net/ressources_fle/liaisons.pdf

Chers experts bonjour,

D’après le tableau ci-dessus, on ne fait pas la liaison après le verbe. Je ne sais qu’en penser. Je prononce naturellement « ils ont T une voiture ». Est-elle fautive ?

NicolasMessina Érudit Demandé le 12 octobre 2018 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Bonsoir Nicolas,

« Je prononce naturellement « ils ont T une voiture ». Est-elle fautive ? »

Non, la liaison n’est pas fautive. 
L’absence de liaison non plus. 

En effet, reportons-nous à l’article « Liaisons » figurant dans la rubrique Questions de langue  du site de l’Académie française . Celle-ci distingue les liaisons obligatoires,  celles qui sont interdites et les facultatives.  Or,  la liaison dans Ils ont T voiture figure au nombre de ces dernières. On peut donc faire ou non la liaison : Ils ont T une voiture ou ils ont / une voiture. 

L’Académie précise que lorsque la liaison  est facultative,  « celle-ci est plutôt la marque d’un langage soutenu. »
http://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue#46_strong-em-liaisons-em-strong

Prince Grand maître Répondu le 12 octobre 2018

Bonjour NicolasMessina.
Fautive ou pas je ne sais pas.
C’est peut-être une simple question d’euphonie.
Dans les exemples cités dans votre tableau, la liaison serait effectivement incongrue.

– Après le verbe :

 

Elle écrit / une lettre à Lili.

 

Tu veux / un café ?

 

Elle tient / à Paul.

 

Elle descend / à ski.

 

Il part / avec sa copine.

 

Devant

 

huit, onze

 

:

 

Ils ont / onze ans.
Mais je crois qu’on peut accepter la liaison  dans « ils ont T une voiture ».
Attendons d’autres avis.
Brad Grand maître Répondu le 12 octobre 2018

C’est vrai que le tableau  répond à la question posée en donnant le même exemple  (ils ont une voiture)  et en indiquant que la liaison est obligatoire.
Nous n’avions pas tout lu 🙂

Brad Grand maître Répondu le 12 octobre 2018

Eh  oui Estudiantin ! L’Académie française l’a encore rappelé il n’y a pas longtemps : 

« Le 6 janvier 2014

Les adjectifs numéraux cardinaux sont, tout comme les articles, les adjectifs possessifs, démonstratifs, indéfinis, interrogatifs et atifs, des déterminants et caractérisent le nom qu’ils précèdent. Ils sont donc étroitement attachés à ce nom et, phonétiquement, se lient avec lui quand celui-ci commence par une voyelle ou par un muet. On dit deux (z)heures, cinq (k)ans, etcCette règle s’applique à tous les noms sans exception, et donc aussi au nom euro. Il est vrai que depuis l’écu, qui fut une monnaie utilisée pendant plus de cinq siècles, depuis Louis IX jusqu’à 1793, année où furent frappés les écus dits républicains, la France n’a plus eu de monnaie dont le nom commençait par une voyelle : francs, napoléons, louis, sous et autres livres ont peut-être contribué à faire oublier la nécessité des liaisons avec les numéraux. Ces liaisons sont néanmoins nécessaires y compris après vingt et cent qui, rappelons-le, prennent un lorsqu’ils sont multipliés et non suivis d’un autre nombre (quatre-vingts ans mais quatre-vingt-deux ans deux cents livres mais trois cent quatre livres).

 

On dit On ne dit pas
Un (n)euro, vingt(t)euros, cent(t)euros

Quatre-vingts(z)euros, sept cents (z)euros

Un / euro, deux / euros, vingt / euros

Quatre-vingts / euros, sept cents / euros

 « 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prince Grand maître Répondu le 14 octobre 2018

Donc on doit dire  » centeuros  » et pas  » cent euros, ou cent Z euros !

Estudiantin. Érudit Répondu le 12 octobre 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.