Leur ou leurs?

Bonjour
J’ai vu un tract passer, sur lequel il est écrit: « Police nationale en colère, leur conjoint aussi ».
Instinctivement, j’aurai mis »leur conjoint » au pluriel, mais comme il est utilisé en tant qu’adjectif possessif, et que selon la règle, cela s’accorde, ça me fait douter. (À moins qu’ils ne se partagent tous le même conjoint!)
Qu’en pensez-vous? Quelqu’un pour m’éclairer?

Ceci64 Débutant Demandé le 28 octobre 2016 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

A ce niveau, c’est de la délinquance orthographique ! Que fait la police ???

1) remarque 1, sur la syntaxe : La police nationale n’a pas de conjoint, donc la phrase est mal rédigée car mal pensée…
2) remarque 2, sur la grammaire : « Policiers en colère, leurs conjoints aussi ! ou leur conjoint aussi »

Les deux sont justes : tout au pluriel si l’on considère l’ensemble des conjoints et tout au singulier si l’on considère chaque conjoint de tous les policiers.

joelle Grand maître Répondu le 28 octobre 2016

Je partage votre point de vue, joëlle.

le 30 octobre 2016.

Bonjour,

On parle de synecdoque lorsqu’un terme est substitué à un autre et que le rapport entre le terme utilisé est le terme sous-entendu est celui d’une inclusion : On utilise le tout pour désigner la partie.

« L’hymen chez les Romains n’admet qu’une Romaine.
Rome hait tous les Rois, et Bérénice est Reine.»  Bérénice Jean Racine ─ acte I ; scène 5

Racine utilise la ville « Rome » pour désigner ses citoyens : les Romains. Il y a donc synecdoque.

Dans  « La Police nationale en colère » il y a synecdoque puisque le mot « Police » désigne l’ensemble de ses membres : les policiers.

Quel que soit  son  sexe  tout  policier peut avoir un conjoint, qui comme lui manifeste sa colère.
Le policier et son conjoint.
Les policiers et leur conjoint.

Je trouve ce slogan à la fois correct et percutant

czardas Grand maître Répondu le 29 octobre 2016

Comment justifiez-vous l’emploi du déterminant « leur » alors que le possesseur « La Police nationale » est au singulier ?
La syntaxe de cette phrase est-elle techniquement correcte ?
J’ai peut-être manqué un point.

le 30 octobre 2016.

Relisez attentivement ce que j’ai écrit.

le 30 octobre 2016.

Sans doute czardas, néanmoins, je ne pense pas que la synecdoque permette ensuite un accord au pluriel (leur).

le 30 octobre 2016.

J’ai pourtant bien écrit :

Les policiers et LEUR conjoint.

Peut-être serait-il bon de revoir l’accord de l’adjectif possessif leur.

Grevisse § 592 ─ douzième édition.

Des ouvriers flanqués de leur épouse
Elles mettent leur bonnet et leurs gants lorsqu’il fait froid.

Dans le slogan :« La Police nationale en colère, leur conjoint aussi » l’accord contredit le genre et le nombre du donneur d’ordre : il s’agit d’un accord sylleptique, car par synecdoque la Police représente les policiers, et l’accord se fait selon le sens et non selon les règles grammaticales.

Où est donc l’anacoluthe ?

le 30 octobre 2016.

Je vous remercie de votre bon conseil,  des révisions sont toujours utiles.
J’ai dû mal m’exprimer puisque je suis mal comprise  : « leur » ou « leurs » ne signifie-t-il pas « à eux » (donc plusieurs possesseurs ?).
Je n’ai  pas remis en cause la synecdoque dans la première partie de la phrase, mais je pense que le possessif de sens pluriel n’a rien à faire ici et constitue l’anacoluthe (rupture syntaxique).
Car je ne trouve pas d’exemples où une synecdoque s’accompagne d’un accord selon le sens.

le 30 octobre 2016.

Peut-être faudrait-il  demander à Ceci64  où elle a lu ce tract. Je n’en trouve trace nulle part.

le 30 octobre 2016.

La notion d’accord sylleptique est très intéressante. Merci pour cette trouvaille.
Elle correspond parfaitement au point litigieux de la phrase.
Cette notion semble encore plus règlementée que l’anacoluthe.
Les usages acceptés sont indiqués par l’Académie française :
– le « nous » de modestie
– les phrases du type « la plupart des gens sont … »,
– « On est allés« .

Le phrase étudiée me semble bel et bien fautive du fait qu’elle ne correspond à aucun de ces cas-là.
Finalement, je rejoins Joelle.

le 31 octobre 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.