Les si n(aiment pas les rais…

Bonjour! Question de français qui me turlupine: les « si » n’aiment pas les « rais » et pourtant dans la phrase: « je ne sais pas si j’aurais fait pareil à ta place » il me paraît plus juste de laisser j’aurais plutôt que de le remplacer par « j’avais » (on perd le sens premier de la phrase en faisant ça)…. Est-ce une exception dans la règle où dans ce cas précis c’est quand même faux? Merci pour vos réponses!

CelineG Débutant Demandé le 5 avril 2015 dans Général

Bonjour,

Comme tout autre adjectif, l’adjectif pareil, qui signifie « égal, semblable, identique », s’accorde  en genre  et en nombre  avec le nom auquel il se rapporte.

Ces deux voitures sont pareilles.

Je n’ai jamais rien vu de pareil.

Bien que courant, l’emploi de pareil comme adverbe (pour modifier le verbe) est incorrect.
Il est préférable d’employer l’adverbe pareillement, ou comme , de la même façon.

Je ne sais pas si j’aurais fait comme toi.
Je ne sais pas si j’aurais fait de la même façon que toi.

le 6 avril 2015.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 

La phrase que vous citez n’est pas précisément une expression de la condition. Le « si » introduit là une subordonnée conjonctive avec une interrogation indirecte. Dans ce cas, et en cas de discours rapporté, la règle reste  l’emploi normal du conditionnel. On pourrait mettre un autre temps s’il n’y avait pas une action irréelle.
Au style direct, cela donnerait : « aurais-je fait pareil à ta place ? »
==>Je ne sais pas si j’aurais fait pareil. (indirect)

A noter qu’à l’imparfait, la phrase n’aurait pas de sens : 
« Je ne sais pas si j’avais fait comme toi »… Celui qui parle avoue qu’il a perdu la tête.

Dernière précision, avec si :
je ne sais pas si je pourrai venir (car l’action de venir se situe dans le futur : question directe Pourrai-je venir ?)

Les « si » n’aiment pas les « rais » :
C’est vrai car pour exprimer une condition, on ne conjugue pas le verbe au conditionnel dans la proposition commençant par si, mais
– à l’imparfait : si j’avais du temps, j’irais au musée (==>suivi du conditionnel présent)
– au présent : si je peux, je viendrai (==>suivi du futur)
– au plus-que-parfait : si je l’avais su, j’aurais fait autrement (==> suivi du conditionnel passé)
etc.

 

joelle Grand maître Répondu le 5 avril 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.