Les noms qui se terminent en « on »

Bonjour,
Je crois savoir qu’il existe seulement deux mots se terminant par « on » qui ne prennent qu’un seul n lorsqu’ils ont un suffixe. Je me souviens de l’un d’eux : violon, mais j’ai oublié quel est le deuxième. Quelqu’un sait ?

Reginaphalange Membre actif Demandé le 20 mars 2015 dans Général
3 réponse(s)
 

Bonjour,

En voici un qui me vient à l’esprit:

patron qui donne :

patronage, patronal,  patronat,  patronyme, patronymique.

et puis un autre, poumon qui donne s’époumoner.

Ce matin au réveil, il m’est revenu en mémoire:

Japon qui donne:

Japonais, japonaise, japonaiserie, japonerie, japonisant, japonisante, japoniser, japoniste, japonisme.

Don qui donne:
 
donation , donateur, donataire

DONATION, subst. fém.
DR. ,,Contrat solennel par lequel une personne, le donateur, se dépouille irrévocablement, sans contre-partie et dans une intention libérale, d’un bien, en faveur d’une autre personne, le donataire, qui y consent.

czardas Grand maître Répondu le 21 mars 2015

Peu nombreux effectivement, mais plus que deux :
Son donne sonore, sonique, supersonique ;
Ton donne tonal, tonique ;
Don donne donation ;
Ion donne ionique ;
 Salon donne un salonard ;
Dragon donne dragone (femelle, rare) ;
Lapon donne Lapone ;
Léon donne Léonie.

Chambaron Grand maître Répondu le 21 mars 2015

Oui effectivement il y en a plus que deux.  Je ne pensais qu’à ceux qui ne prennent JAMAIS deux n, en aucun cas, par exemple je ne pensais pas à « don » puisqu’il fait « donne » ni à « son » qui fait « sonne » ni à patron qui fait « patronne »…
En revanche c’est vrai que j’avais oublié les minuscules petits ions, le Japon, les lapons. Celui que j’avais en tête et qui m’échapait était poumon. Et en y regardant d’un peu plus près (et avec un peu d’aide) il y a aussi accordéon…
Cette langue est géniale, elle nous oblige vraiment à progresser tout le temps.

Reginaphalange Membre actif Répondu le 21 mars 2015

Vu sous cet angle, et hors vos exemples retenus, il n’y a dans ma liste que « Ton » qui ne double pas. En effet, tonner et tonnerre semblent curieusement avoir une origine étymologique différente. Quant à détonner (hors ton), il ne doit son second « n » qu’au souci tardif de le différencier de « détoner » (exploser).

le 21 mars 2015.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.