« Les chattes que j’ai vues frapper. » Est-ce juste ?

Est-ce que ce genre de construction existe-t’il en Français ?  Quelqu’un qui frappe des chattes, je l’ai vu, ensuite pour alerter une autre personne je dis « les chattes que j’ai vues frapper sont blanches ».
Un autre exemple: « les maisons que j’ai témoignées construire datent de 1947 ».
Ceci a l’air illogique, mais la curiosité, vous savez !

EclairNoir Amateur éclairé Demandé le 9 août 2021 dans Question de langue

Est-ce que ce genre de constructions existe
OU BIEN
Ce genre de constructions existe-t-il (sans apostrophe)

le 9 août 2021.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Il faut retenir
– que l’infinitif indique une action, dans toute construction :
Il faut ouvrir cette porte = il faut faire l’action d’ouvrir
Casser les œufs dans la farine puis battre le tout = vous devez faire l’action de casser.. puis l’action de battre
La fille que j’ai vue jouer dans la cour = la fille que j’ai vue (en train de) faire l’action de jouer dans la cour
La fille que j’ai vu battre par des voyous = J’ai vu cette fille être battue par des voyous (phrase passive de : j’ai vu des voyous faire l’action de battre cette fille)
– que le participe passé indique une action subie ou  un état
La porte est ouverte en grand par le portier.  La porte est ouverte
Mon manteau est usé (équivalent d’un adjectif : noir, vieux…). Le manteau est usé
La fille que j’ai vue perdue devant les quolibets. La fille est perdue.

Remarque : L’utilisation du verbe « témoigner » est ici incorrecte : il ne peut être utilisé comme semi-auxiliaire.

«  »les maisons que j’ai témoignées construire datent de 1947 » : construction incorrecte.
—> J’ai témoigné que les maisons construites datent de 1947.  – j’ai témoigné que la construction des maisons date de 1947
—> ces maisons, dont je témoigne que la construction date de 1947, sont aujourd’hui à rénover.
—> ces maisons, qui ont été construites en 1947, j’en suis témoin, sont aujourd’hui à rénover.

Tara Grand maître Répondu le 9 août 2021

qui ont été construiteS

le 9 août 2021.

Merci Cathy ! (Bonne soirée)

le 9 août 2021.

« Les chattes que j’ai vues frapper » –> signifie que ce sont les chattes qui frappent.
Les femmes que j’ai vues frapper ces animaux étaient grandes. (que j’ai vues en train de frapper)
On dira plutôt : Les chattes que j’ai vu se faire frapper.

« les maisons que j’ai témoignées construire datent de 1947 » est un incroyable charabia , et ne se dit pas du tout en français.
Le verbe « témoigner » est intransitif dans ce sens –> vous ne pouvez pas « témoigner une maison « , et je ne vois pas bien ce que ça voudrait dire…

« J’ai témoigné construire » –> (en bon français) J’ai affirmé avoir construit (or ce n’est pas vous qui les avez construites)

Tournures appropriées :
Ces maisons, dont j’ai été témoin de la construction, datent de 1947.
Ces maisons datent de 1947, je peux en témoigner, je les ai vues en construction.

 

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 9 août 2021

Bonjour,

Le Bon usage actuel, § 951- Participe passé suivi d’un infinitif :

I. Les règles 

Règle générale : 

« Le participe passé conjugué avec avoir et suivi d’un infinitif (avec ou sans préposition) s’accorde avec le complément d’objet direct (voir N. B. ci-dessous) qui précède quand l’être ou l’objet désignés par ce complément font l’action exprimée par l’infinitif. 

 

Les violonistes que j’ai entendus jouer sont des virtuoses : les violonistes (représenté par que) jouent. — Dès que je l’eus entendue tirer le verrou derrière elle (GidePorte étr.viii )— Je ne l’ [= George Sand] ai point vue boire à la coupe des Bacchantes et fumer indolemment assise sur un sopha comme une sultane (Chat.Mém., IV, XI, 7)— Je les ai vus partir comme trois hirondelles (HugoF. d’aut.vi ). jardin (SartreMots, p. 40)— Que de pleurs j’ai vus couler ! » Etc. 

Cas contraire : 

« Sinon, le participe reste invariable : Les airs que j’ai entendu jouer étaient joyeux. La mauvaise humeur qu’il a laissé voir. Les mesures qu’il a voulu prendre, qu’il a osé prendre, qu’il a préféré prendre. Ces personnes n’arrivaient pas ; je les ai envoyé chercher. Les comédies qu’on a empêché de jouer, qu’on a autorisé à jouer. — La matière […] que j’ai cherché à pétrir (BarrèsMes cahiers, t. XIV, p. 170)— Que de pleurs j’ai vu verser ! — Je ne me la suis pas laissé prendre [= laissé prendre la petite fille à moi] et je me suis sauvée avec elle (ClaudelAnn. faite à M., III, 3)[À moins que Claudel n’applique l’invariabilité dont il est question dans b .] »

 

« Notons que : 1) si l’infin. a son propre objet direct, le pronom objet direct ne peut être rapporté à l’infin. et le partic. varie : Ces bûcherons, je les ai vus abattre des chênes ; — 2) si l’agent de l’infin. est ou peut être exprimé avec la préposition par (cf. § 903, le pronom ne peut être rapporté au participe, et celui-ci est nécessairement invariable : Ces arbres, je les ai vu abattre (par le bûcheron). »

 

II. Applications

 

Les chattes que j’ai vu(es) battre.

A.  Si ce sont  elles qui battent. ==> …que j’ai vues battre [leurs chatons]
B. Si l’on retient la forme « que j’ai vu battre » pour dire « que j’ai vu se faire battre. « . ==> … que j’ai vu battre |par des voyous]
C. Si l’on ne retient pas cette forme mais plutôt « que j’ai vu se faire battre »  ==> … que j’ai vu se faire battre [par des voyous]

 

 

 

 

Prince Grand maître Répondu le 9 août 2021

Si une phrase « a l’air illogique », alors vous ne pouvez pas l’utiliser. On ne peut utiliser qu’une phrase qui « a l’air logique ».
Votre question s’inscrit dans le cadre des propositions infinitives COD. Certains verbes peuvent en effet avoir une proposition infinitive pour COD.
Le verbe « témoigner » n’en fait pas partie, donc il n’y a rien à sauver dans votre second exemple.
Le verbe « voir », comme verbe de perception, en fait partie : je vois une femme frapper un chatte ; le COD de « voir » est la proposition infinitive « une femme frapper une chatte ».
Il est possible de mettre en début de phrase un des éléments de la proposition infinitive (agent ou patient) :
— l’agent : la femme que je vois frapper une chatte ; cette femme, je la vois frapper une chatte
— le patient : la chatte que je vois frapper ; cette chatte, je la vois frapper
Dans ces deux constructions, c’est l’ensemble de la proposition infinitive qui est COD du verbe voir, bien qu’une partie de cette proposition soit placée avant le verbe.
Aux temps composés, par convention et uniquement par convention, on accorde cependant le participe passé « vu » avec l’agent de la proposition infinitive si c’est celui-ci qui est antéposé, et on ne l’accorde pas avec le patient de la proposition infinitive si c’est celui-là qui est antéposé.
— la femme que j’ai vue frapper une chatte ; cette femme, je l’ai vue frapper une chatte
— la chatte que j’ai vu frapper ; cette chatte, je l’ai vu frapper

Misti Membre actif Répondu le 9 août 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.