les affaires qu’il a eu(es) à traiter

Répondu

Bonjour,

Faut-il accorder ici ? « Toutes les affaires qu’il a eu(es) à traiter » (il a eu quoi : les affaires, à traiter ; ou bien : il a eu à traiter quoi : les affaires ?)

Merci !

BBFolk Grand maître Demandé le 23 juillet 2020 dans Accords
3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Ce n’est pas si simple ! 🙂

Accord du PP eu  suivi d’un infinitif introduit par la préposition à.

On écrit : L’immensité des espaces qu’elles ont eu à vaincre (B.-H. L. cité par André Goosse) et
La première lettre que j’ai eue à  écrire (R. Rolland, cité par A. Gosse, auteur du Bon  usage).
En effet, on peut laisser le PP inv. ou l’accorder avec le C.O.D. qui précède.  (Henri Briet, agrégé de lettres, L’accord du PP, p. 118).

 

Grevisse/Gosse, Le Bon usage, § 951 :

Eu, donné et laissé , suivis d’un infinitif introduit par à , sont tantôt laissés invariables, tantôt accordés avec le pronom objet direct qui précède (quoique l’on puisse, comme dans la règle énoncée plus haut, le rapporter à l’infinitif).

Avec avoir à comme synonyme de devoir , le participe est le plus souvent laissé invariable : La contrainte qu’elle a eu à subir (GreenAdrienne Mesurat, p. 166)— Quelque course que précisément il avait eu à faire (GideFaux-monn., p. 100)— L’immensité des espaces qu’elles ont eu à vaincre et traverser (B.-H. LévyDern. jours de Baudelaire, p. 172).  Cependant, des auteurs ne répugnent pas à rapporter l’objet direct à eu  : Toutes les difficultés qu’il eût eues à surmonter (StendhalChartr.xxvii )— La première lettre de ce genre que j’ai eue à écrire (R. RollandAu-dessus de la mêlée, p. 69)— Tous les blessés que j’ai eus à traiter (DuhamelPesée des âmes, p. 178).

Conclusion : Privilégier l’inv. de eu  mais ne  pas considérer que son accord, qui n’est pas condamné par le B.U. (ni par la BDL), est fautif.

Prince Grand maître Répondu le 23 juillet 2020

Justement je me pose la question.
On a affaire à une locution verbale « avoir à » qui signifie à peu près « devoir ».
Les affaires, il ne les a pas, il a à les traiter il doit les traiter

Si j’écris bien : les affaires qu’il a traitées
Je ne considère pas affaire comme COD de « devoir » ni de « avoir à dans les cas suivants :
Les affaires qu’il  -doit/ a à – traiter
Et donc :  les affaires qu’il – a dû / a eu à – traiter

Tara Grand maître Répondu le 23 juillet 2020

Merci pour toutes ces réponses !
Je vous transmets la réponse de l’Académie française : « On ne fait pas l’accord car le pronom relatif qu’, qui reprend le nom féminin pluriel affaires est C.O.D. de traiter et non de eu. »

🙂

BBFolk Grand maître Répondu le 1 août 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.