Les 30 km que j’ai couru / Les 100 pages que j’ai lues

Bonjour à tous,

J’ai besoin de vos lumières.  Voici un dialogue :

– Tu as fait quoi ce week-end ?

– J’ai couru un marathon. Je ne l’ai pas terminé. (Je n’ai pas terminé le marathon que j’ai couru.)

– Tu as couru combien de kilomètres ?

– J’ai couru 30 km. Les plus longs de ma vie ! (Les 30 km que j’ai couru étaient les plus longs de ma vie.) Et toi ? Tu as fait quoi ?

– J’ai lu un roman ce week-end. Je ne l’ai pas tout à fait terminé. (Je n’ai pas tout à fait terminé le roman que j’ai lu ce week-end).

– Tu as lu combien de pages ?

– J’ai lu 100 pages. Elles étaient trépidantes ! (Les 100 pages que j’ai lues étaient trépidantes.)

Est-ce le fait que « 30 km » soit un complément circonstanciel qui explique que l’on n’accorde pas le participe passé ?
Si oui, pourquoi « 30 km » est un complément circonstanciel et « 100 pages », non ?

Merci de vos réponses.

Cordialement,

alicelalose Membre actif Demandé le 22 février 2018 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

7 réponse(s)
 

Bonjour, oui, la justification généralement avancée est que dans cette acception, le verbe courir est intransitif (le sens est, comme vous le mentionnez, j’ai couru [pendant] trente kilomètres). Personnellement cette explication ne me convainc pas vraiment, je ne vois pas de raison réelle et sérieuse de refuser l’accord alors qu’ici le verbe courir est clairement employé dans le sens de parcourir : les trente kilomètres que j’ai parcourus (ici l’accord est obligatoire puisque parcourir est transitif et requiert un COD). De même, on écrirait de tous les marathons que j’ai courus, celui-ci était le plus épuisant puisque le verbe courir est bien employé dans sa forme transitive dans l’expression courir le marathon. Pour toutes ces raisons, je trouverais logique que l’accord soit au moins admis (et je serais heureux qu’un de nos grands maîtres nous confirme que c’est bien le cas… 😉 )

ChristianF Grand maître Répondu le 22 février 2018

À défaut de grand maître, me voici…
Dans le cas des distances et des courses, je crois que le plus simple est de distinguer la distance (qui répond à la question « combien ? ») de l’épreuve (qui répond à la question « quoi ? »).
J’ai couru trois marathons → les trois marathons que j’ai courus
J’ai couru cinq  100-kilomètres → les cinq 100-kilomètres que j’ai courus (sous-entendu « les courses de 100 km »)
j’ai couru dix 10-kilomètres → les dix 10-kilomètres que j’ai courus

A contrario, si je parle d’une simple distance que j’ai parcourue, j’écrirai : les cinq kilomètres que j’ai couru pour venir jusqu’ici m’ont fait suer.

veso Maître Répondu le 22 février 2018

Merci !Je crois que j’avais saisi cette nuance. Je viens de me rendre compte que je décortiquais peut-être tout simplement mes constructions verbales à l’envers. La question « combien ? » m’a induite en erreur.  La question ne suffit pas à différencier un complément circonstanciel d’un COD.

Tu as couru combien de kilomètres ? –> « 30 km » = Complément circonstanciel.
Tu as lu combien de pages ? –> « 100 pages » = COD (mais pourquoi ????)

J’ai complètement bloqué sur la question suivante : « Pourquoi « 100 pages » n’est pas considéré comme un complément circonstanciel ? »

Eh bien, tout simplement parce qu’on ne peut pas dire * »J’ai lu un roman 100 pages. » (24 heures pour en arriver à cette conclusion, BRAVO !)

Alors maintenant, ma question est la suivante : « J’ai couru un marathon 30 km », cette phrase vous semble-t-elle acceptable ?

Merci encore à tous les deux de vos réponses !

alicelalose Membre actif Répondu le 22 février 2018

Cette question est récurrente : voir ici la dernière conversation  sur ce site et ma propre réponse utilisable pour votre question.
L’accord du participe passé avec le verbe avoir n’a pas fini d’empoisonner – à mon sens un peu inutilement – la vie de ceux qui se préoccupent de bien écrire. On comprend qu’un groupe de grammairiens planche actuellement sur le sujet de sa rationalisation…

Chambaron Grand maître Répondu le 22 février 2018

Merci pour le lien Grand maître 🙂

A vrai dire, j’aurais eu tendance à écrire « les 100 pages que j’ai lu » en « surgénéralisant » la règle à la notion de quantité.

Alors que la question est de savoir pourquoi on ne considère pas « 30 km » comme COD.

Merci à tous de vos réponses.

alicelalose Membre actif Répondu le 22 février 2018

Je viens de lire la question citée en lien et la réponse qu’y avait apportée Chambaron et je dois dire que je reste extrêmement perplexe quant à l’accord (le non accord, en fait) avec le verbe parcourir dans la phrase les cent kilomètres qu’il a parcouru . Pour moi les cent kilomètres (ou plus précisément le pronom qu‘) ne sauraient être en aucun cas autre chose que le COD de parcouru, et certainement pas un complément circonstanciel de lieu ou de quoi que ce soit. Il a couru cent kilomètres = il a couru [pendant] cent kilomètres, d’accord. Il a parcouru [pendant] cent kilomètres ? Je ne pense pas…

ChristianF Grand maître Répondu le 22 février 2018

Ce verbe est une zone grise et l’accord est envisageable. En fait, à lire l’historique du mot, le sens s’est étendu à l’époque moderne sans régler le problème du complément. On parcourt une distance et non la quantité associée. C’est l’abréviation abusive de la tournure qui crée le problème.

le 22 février 2018.

J’ai posé la question à l’Académie française qui me répond ce ci :

« Madame,

Il est, me semble -t-il, possible de considérer que votre exemple est analogique des participes passés tels que couru, coûté, régné, valu, vécu. On peut donc écrire « les 100 pages que j’ai lu » mais on écrira bien sûr « les pages que j’ai lues ».

Il n’est pas non plus interdit de faire l’accord en considérant que le verbe lire n’entre pas dans la catégorie des verbes suivis d’un complément de mesure.

Bien cordialement, »

Mmmm, ça me laisse songeuse.

alicelalose Membre actif Répondu le 28 février 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.