Le trait d’union dans les nombres.

Répondu

Bonjour,
la réforme orthographique de 1990 préconise l’utilisation du trait d’union entre tous les termes d’un nombre et plus seulement les dizaines et unités.

Cent-quatre-vingt-deux par exemple.

La maîtresse de mes enfants me soutient que c’est annulé et qu’il ne faut pas utiliser le trait d’union. Est-ce que j’ai loupé une réforme invalidant la première ?

Sniperovitch Débutant Demandé le 17 juin 2015 dans Général
Ajouter un commentaire
5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Encore un dialogue de sourds avec un enseignant… (ne généralisons pas, je suis prof moi-même)

Il faut que l’institutrice cite ses sources et en l’espèce les instructions officielles…
Voici des munitions, et des liens. Vous pouvez trouver les BOEN sur le site du Ministère.
C’est une circulaire : voici le lien, elle est courte, la maîtresse devrait pouvoir la lire en entier. Elle date de 2012, donc c’est récent. 

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=59862

Le Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale no 18, du 3 mai 2012, rappelle que « les rectifications […] restent une référence mais ne
sauraient être imposées. […] Dans l’enseignement aucune des deux graphies (ancienne ou nouvelle) ne peut être tenue pour fautive. »


http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf

 

Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.

       

ancienne orthographe
nouvelle orthographe
vingt et un
deux cents
un million cent

trente et unième
vingt-et-un
deux-cents
un-million-cent
trente-et-unième

 

Observation On distingue désormais soixante et un tiers (60 + 1/3) de soixante-et-un tiers (61/3).

 

Cette nouvelle règle supprime de nombreuses difficultés et évite des pratiques jusque-là largement aléatoires.
http://www.orthographe-recommandee.info/regles1.htm

joelle Grand maître Répondu le 17 juin 2015

« Dialogue de sourds avec un enseignant », en effet, plus particulièrement avec un instituteur ou une institutrice (ne généralisons pas là non plus).
• J’ai connu une institutrice qui faisait des fautes d’orthographe.
• Sur le site de l’Académie française, j’ai été choqué par un instituteur qui considérait, en substance, que les règles de grammaire française étaient trop compliquées (il n’a pas vraiment tort), particulièrement celles portant sur les participes passés, surannées (c’est vrai quelquefois), et … qu’il fallait les supprimer (là, je ne suis plus d’accord) ; l’Académie lui a bien sûr répondu qu’il fallait des règles pour une compréhension commune.
• j’en ai connu un autre qui avait supprimé les dictées.

le 18 juin 2015.

Dans ce cas précis, la maîtresse soutient que c’est annulé ! Ce qui est terrible avec vos exemples, c’est que l’on s’attaque à la langue alors que personne ne songerait à remettre en question les règles de math ou les techniques de plomberie. Or dans tous les domaines, il faut plutôt songer à encourager les élèves à apprendre pour qu’ils surmontent les difficultés au lieu de les supprimer (les difficultés !) en leur faisant croire que tout sera plu simple…

le 19 juin 2015.
Ajouter un commentaire

Absolument pas ! La règle préconisée par la proposition de réforme de 1990 est toujours d’actualité.

jean bordes Grand maître Répondu le 17 juin 2015
Ajouter un commentaire

Merci beaucoup !

Sniperovitch Débutant Répondu le 17 juin 2015
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Je vous laisse vous faire une idée de cette réforme et d’en discuter avec l’institutrice de vos enfants.
http://leconjugueur.lefigaro.fr/frlesnombres.php

J’ai particulièrement apprécié la fin de l’article:

Note :
il s’agit de recommandations et ceci n’est en rien obligatoire.

czardas Grand maître Répondu le 17 juin 2015
Ajouter un commentaire

J’utilise personnellement le site www.renouvo.org/regles.php pour l’application de la révision de 1990. Le point A6 précise bien cette règle et les raisons de l’appliquer : elles ne sont pas sans fondements. Faites donc avec l’institutrice le test d’écriture : mille-cent-vingt septièmes (1120/7) ou mille-cent vingt-septièmes (1100/27), ou mille cent-vingt-septièmes (1000/127), ou encore de mille-cent-vingt-septième (1127e) pour voir si elle le réussit !

Je n’ai vu aucune mention d’une quelconque révision de la révision, ce que n’auraient pas manqué de souligner les parties prenantes (Académie, C. S. L. F. ). L’Éducation nationale a pour devoir de promouvoir ces modifications, mais les résistances restent nombreuses. Après tout, des décennies après, certains professeurs continuent de soutenir qu’on n’accentue pas les capitales : même la couverture originale de À la recherche du temps perdu ne les convainc pas. Allez savoir…

Chambaron Grand maître Répondu le 17 juin 2015
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.