Le t-euphonique (ou analogique)

Bonjour,
Je vous soumets une question que l’on m’a posée, car j’hésite sur la réponse à lui donner.

« J’ai du mal à décider s’il faut un trait d’union ou une apostrophe entre des mots comme « va-t’en ». J’ai trouvé cette solution, mais je doute de la fiabilité de la source : l’écriture « t-en » n’existe pas. »

Je ne trouve qu’une expression où le « t » est euphonique devant le mot « en ». C’est « un va-t-en guerre », qui  viendrait du langage populaire. En connaissez-vous d’autres ?

Evinrude Grand maître Demandé le 22 septembre 2017 dans Question de langue

Un va-t-en-guerre s’écrit avec trois traits d’union. Ce n’est pas une expression mais un nom ou un adjectif invariable.

Va-t’en est l’impératif du verbe pronominal s’en aller. Le t n’est pas euphonique/analogique,mais le pronom personnel te élidé.
On retrouve cette élision dans : Donne-m’en ou mène-m’y

le 22 septembre 2017.
Ajouter un commentaire
4 réponse(s)
 

Bonjour Evinrude.

Il me semble que le t euphonique n’est ajouté qu’entre le verbe et un pronom sujet de troisième personne (ilelle et on) lorsqu’il y a inversion de ce verbe et de ce sujet.

Aussi le t euphonique ne peut théoriquement pas exister entre le verbe et en.

En revanche, lorsque les verbes du premier groupe sont suivis, à l’impératif, des pronoms en ou y, compléments du verbe et non suivis d’un infinitif, on ajoute un s euphonique. On ne met pas de s euphonique devant la préposition en.
Manges-en beaucoup mais mange en vitesse.

Donc seul le s aurait une fonction euphonique devant le pronom en.

Le t euphonique effectivement présent dans va-t-en-guerre a une origine que je n’ai pas retrouvée, mais qui ne m’apparaît pas grammaticalement correcte.. Ne dit on pas « entre en guerre » ?

PhL Grand maître Répondu le 22 septembre 2017

Merci PhL. pour ces précisions. Je me demande tout de même  s’il existe d’autres exemple de ce -t-en, fautif certes, mais intégré à la langue.

le 22 septembre 2017.
Ajouter un commentaire

Dans la série « L’aiguille et la meule de foin »…
Je n’ai pu trouver qu’un seul cas, certes rare, mais dérogatoire. Il s’agit de la tournure Va-t-en voir affichée dans le CNRTL.
Il faut bien viser dans l’immense article : II. B. 2. Je joins une copie ci-dessous.
« [Pour marquer le doute] Va-t-en voir, allez-y voir (si)… Synon. allez savoir (v. savoir1).Et c’est moi qui suis venu; c’est bien moi, moi, Raboliot; mais va-t-en voir demain si je reviens, Volat! (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 79). »

C’est évidemment figé car cette tournure ne peut pas vraiment se décomposer grammaticalement.

Chambaron Grand maître Répondu le 22 septembre 2017

Merci  infiniment de cette patiente recherche, car en effet, la meule était impressionnante ! J’ai retrouvé votre référence à la 3e section. Ce cas est en effet si dérogatoire que, dans le même article, une autre  citation l’orthographie autrement :
« Louis Kervern, qui songeait à ses dix gosses, déclarait bien par devant qu’il n’accepterait jamais la parcelle, mais, par derrière, va-t’en voir! (QueffélecRecteur, 1944, p. 184).
Allez savoir…

le 22 septembre 2017.

Queffelec a eu un correcteur consciencieux et prudent…

le 22 septembre 2017.
Ajouter un commentaire

Un trait d’union

hounkpevi Débutant Répondu le 22 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Merci à vous deux, PhL et Chambaron. Me voici plus assurée pour rédiger ma réponse.

Evinrude Grand maître Répondu le 24 septembre 2017
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.