Le racisme anti-asiatique ou anti-Asiatiques ?

Bonjour !
Une question de typographie… On parle beaucoup actuellement des multiples formes de racisme.
Selon moi on écrit le racisme anti-Blancs ou le racisme anti-Arabes (contre les Blancs et les Arabes), le racisme antimusulman, le racisme antijuifs, mais je bloque sur le racisme anti-asiatique. A partir du moment où l’on considère qu’on écrit tout court « les Asiatiques », doit-on écrire le racisme anti-asiatique ou le racisme anti-Asiatiques ? Selon la logique qu’on parle du peuple, il faudrait écrire le racisme anti-Asiatiques mais je vois le plus souvent le racisme anti-asiatique, comme si asiatique était considéré comme un adjectif, ce qui est me semble étrange.
Epineuse question 🙂
Merci pour vos réponses !

FloCol19 Débutant Demandé le 26 février 2021 dans Général
3 réponse(s)
 

Selon moi, il y a simplement un abus de la majuscule au  nom « asiatique ».  Ce mot n’a qu’un contenu approximatif et n’est ni un gentilé  définissant les ressortissants d’un pays ni une ethnie, un groupe humain homogène avec des caractéristiques bien différenciées. Ce sont les cas auxquels on réserve habituellement la majuscule. On voit la confusion que cela crée pour les « américains », mot dans lequel se mélangent allègrement les États-Uniens et les habitants du continent dans son ensemble.
Les continents sont des assemblages trop vastes et flous pour justifier d’un « nom propre » pour ceux qui y résident ou y sont nés.
Au-delà, il en va de même avec les notions de « blanc », « noir » et d’autres caractéristiques tout aussi imprécises. Vu les idéologies attachées à ces notions, il est parfois difficile de faire valoir ce point de vue, mais la typographie est neutre et c’est un avantage…

Chambaron Grand maître Répondu le 26 février 2021

Un grand merci à vous pour vos réponses rapides. J’ai bien compris vos points de vue et la logique présentée. Mais comme vous le dites c’est aussi une question politique, et parfois la neutralité typographique n’est pas aisée à défendre dans certains environnements professionnels. Anti-asiatiques posera toujours moins de problèmes en effet que anti-Noirs. Je vais tenter tout de même de m’y employer, l’important étant je crois d’harmoniser.

FloCol19 Débutant Répondu le 2 mars 2021

Les dictionnaires sont avares en exemples (quand ils en donnent), divergent, et même le même ouvrage dictionnairique n’est pas conséquent avec lui-même.

Pas d’ex. avec la majuscule dans le T.L.F.i. en tout cas (j’en mettrais une à « indien »).
« Attitude d’hostilité pouvant aller jusqu’à la  violence, et de mépris envers des individus appartenant à une race, à une ethnie différente généralement ressentie comme inférieure. Racisme anti-juif. Le grand passage. Ce western de King Vidor est conforme à l’imagerie des années trente. Le racisme anti-indien, à l’époque, allait de soi (Le Point, 11 déc. 1978, p. 39, col. 3)…

Les uns et les autres (…) parlent avec une colère identique et profonde du prix des loyers, de l’horreur solitaire des chambres de bonne, des services d’ordre des concerts, du racisme anti-jeunes, du chômage (Le Nouvel Observateur, 12 déc. 1977, p. 59, col. 1). »

Quand j’avais étudié cette question, j’étais arrivé à la conclusion suivante : majuscule avec un nom propre ou assimilé (je crois que le B.U. parle de noms associés aux noms propres) ; sinon, minuscule.

Ethniques, gentilés… : racisme anti-Asiatiques, racisme  anti-Blancs, racisme anti-Indiens (il s’agit des Peaux rouges dans mon ex.), racisme anti-Arabes, etc.
Mais : Membre d’une religion, d’un ordre religieux : racisme anti-musulmans (on écrit un musulman), racisme anti-jésuites, etc.

Prince Grand maître Répondu le 26 février 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.