Le peu d’efforts qu’il a faits lui ont permis(es) de passer en seconde année

Bonjour bonjour 🙂

Petite question à cette heure matinale 🙂

Dans la phrase « Le peu de révisions qu’il a faites lui ont permis(es) de passer en seconde année » ;
le verbe permettre s’accorde t’il avec le sujet « le peu d’efforts »  ou non ?

Y a t’il une règle concernant cette construction de phrase

Merci

cary Membre actif Demandé le 7 décembre 2018 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Bonjour,
Avec « le peu » suivi d’un complément l’accord de fait selon sur quoi on souhaite le plus insister.
– Le peu d’efforts qu’il a faits lui ont permis de passer en seconde année
(on insiste sur « efforts »).
Il y a parfois des cas où « le peu » commande l’accord.
Par exemple :
– Le peu de révisions qu’il a fait lui a permis de passer en seconde année
(dans cette phrase on ne fait pas des révisions, c’est bien le peu qui est concerné contrairement à la première phrase où c’est bien « efforts » qui est concerné)
Notez qu’on n’accorde pas le participe « permis » car on permet quelque chose à quelqu’un. On écrira par exemple :
– La chose que je lui ai permise
– Les choses qu’a permises Paul
– Il m’a permis de venir etc.

Tony Grand maître Répondu le 7 décembre 2018

Bonjour,

Voici la règle qui conditionne l’accord avec l’expression « Le peu de »

Si «le peu» exprime un manque, c’est avec lui que se fera l’accord du participe. Si, au contraire, ce peu est suffisant, c’est avec le complément que l’on accordera ledit participe.

Exemples:

 • Le peu de tendresse que vous m’avez témoigné m’a  déçu.   (le peu = le manque ; donc accord avec «le peu»)  ► conclusion négative.

  • Le peu de tendresse que vous m’avez témoignée m’a ravi. (Dans ce cas il ne s’agit pas d’un manque, mais d’un « brin» de tendresse) ► conclusion positive.

Il faut donc écrire :

« Le peu de révisions qu’il a faites lui ont permis de passer en seconde année » ► conclusion positive.

Le participe passé du verbe permettre suivi d’un infinitif est toujours invariable.

Il a fait toutes les bêtises qu’on lui avait permis de faire.

czardas Grand maître Répondu le 7 décembre 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.