Le manque de

Bonjour,

J’ai cette phrase : le manque de temps et d’argent ont constitué des obstacles insurmontables.
Je pensais accorder avec le manque et dire le manque de temps et d’argent a constitué un obstacle insurmontable. Est-ce correct ?

claire34 Amateur éclairé Demandé le 31 janvier 2016 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Oui, votre raisonnement est correct.
Seul le sujet — au singulier — détermine cet accord et ses compléments ne jouent aucun rôle.

P.-S. : si vous modifiez la structure de la phrase, vous adaptez les accords en conséquence :
— le manque de temps et le défaut d’argent ont constitué des obstacles insurmontables (deux sujets distincts) ;
— le manque de temps, le manque d’argent, a constitué un obstacle insurmontable (les deux sont considérés comme synonymes en tant que cause, apposition marquée par des virgules, assimilés à un seul sujet) ;
— le manque de temps et d’argent a constitué un obstacle insurmontable (un seul sujet, « manque »).
C’est subtil, je le reconnais…

Chambaron Grand maître Répondu le 31 janvier 2016

Il me semble que le fait qu’il s’agisse de deux manques bien distincts nous oblige à écrire :
« Le manque de temps et (le manque ) d’argent ont constitué des obstacles insurmontables ».

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 31 janvier 2016

Grammaticalement, il n’y a qu’un seul manque dans la phrase :
Le manque de temps et d’argent a constitué un obstacle insurmontable.
Le verbe s’accorde avec le manque et se met donc au singulier.
Il en est différemment dans la phrase :
Le manque de temps et le manque d’argent ont constitué des obstacles insurmontables (deux sujets).

le 1 février 2016.

Un troisième avis ? Justement, si ce n’est pas répété, c’est là que je flanche.

claire34 Amateur éclairé Répondu le 31 janvier 2016

Il y a certes deux manques mais un seul sujet, donc le singulier est plus correct.

Mais il est vrai que la plupart des gens ont tendance à accorder au pluriel, à tort.
J’ai eu récemment une discussion avec un élève qui accordait ainsi :

« L’étude de cette possibilité et de sa mise en oeuvre ont donné de bons résultats. « 
J’ai mis cinq minutes à le convaincre que le sujet était « l’étude » alors que possibilité et mise en oeuvre étaient les compléments du nom.
L’étude de la grammaire et de l’orthographe est indispensable…

Si vous ne voulez pas « choquer », voici une piste :
Le défaut d’argent (les contraintes budgétaires ) et les délais imposés ont été des obstacles insurmontables.
ou alors afin d’éviter le cliché «  obstacles insurmontables », ne nous ont pas permis de réaliser ce projet ; vous êtes ainsi plus précise.

 

joelle Grand maître Répondu le 1 février 2016

C’est sans doute son « de » dans « … de la mise en œuvre… » qui était superflu : il semble bizarre que l’étude d’une mise en œuvre donne des résultats… Mais sait-on jamais ?

le 1 février 2016.

Le « de » se répète dans une coordination, comme le « à ».

le 2 février 2016.

@Joelle : bien sûr, d’où la tournure problématique sémantiquement : il y a l’étude de la possibilité d’un côté, puis la mise en œuvre de l’autre. Ce n’est pas l’étude « de l’un et de l’autre ».  Ce n’est pas une question grammaticale mais de sens…

le 2 février 2016.

Il est préférable, quand deux sujets sont juxtaposés, de mettre le verbe qu’ils commandent au pluriel.
J’écrirais donc, malgré les virgules :
Le manque de temps, le manque d’argent, ont constitué des obstacles insurmontables.

En revanche, j’écris :
Le manque de temps et d’argent a constitué un obstacle insurmontable (un seul sujet).

jean bordes Grand maître Répondu le 2 février 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.