Le chien.

Bonjour,
Il y a des fois (des moments est peut-être préférable) où je me demande si ce que j’écris est dit en langage humain ou en aboiement de chien, pour être si mal compris. 🙂
Aboiement de chien n’est tout de même pas un pléonasme ?
La virgule après chien est nécessaire ?
Merci.

Amob Grand maître Demandé le 17 novembre 2019 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
5 réponse(s)
 

Bonjour,
Si ce qui précède permet de savoir qu’il s’agit d’un chien, ajouter d’un chien après aboiement est superflu et inutile. En revanche, si le contexte ne permet pas de savoir quel est l’animal qui aboie, il convient de la préciser, bien sûr.  Dans ce cas, point de pléonasme.
En effet, d’autres animaux que le chien ont un cri appelé aboiement ; par ex., le chacal.

Dict. de l’Ac. fr. , art. aboiement :

« 1. Cri du chien et de certains animaux ; action d’aboyer. On entendait les aboiements lointains de la meute. L’aboiement du chacal.
2.  Fig. et péj. Invective, menace. Les aboiements d’un garde-chiourme. Paroles ou écrits violents. Les aboiements de la critique ».

J’écrirais « en aboiements de chien », car une personne qui s’exprime ainsi ne le fait pas en émettant un seul aboiement, en principe .

Prince Grand maître Répondu le 17 novembre 2019
Ajouter un commentaire

Hmm…
Le TLF : cri naturel du chien ou d’autres animaux d’espèce voisines
Wikipédia : l’aboiement est une vocalisation émise par les chiens et, dans une moindre mesure, par les loups et d’autres canidés.
[…]
Les cris émis par le chevreuil, notamment en période de rut, sont aussi appelés aboiements en raison de leur similitude avec l’aboiement du chien.
Parmi toute une série d’autres cris (rugissements, beuglements, grognements et bêlements pour les plus petits), les otaries émettent également des aboiements.
Les piranhas à ventre rouge produisent des sons semblables à des aboiements quand ils se confrontent face à face, mais sans se battre.

Si vous tenez absolument à préciser que cet aboiement, élément comparant de votre comparaison, se rapporte bien à un chien et pas à un chevreuil ou à une otarie et surtout pas à un piranha à ventre rouge ??? , vous pouvez spécifier! Mais il y a peu de chance que votre interlocuteur ou votre lecteur pense à ces animaux.
Il faut donc considérer « aboiement de chien » comme parfaitement inutile voire pléonastique, si.

—-
Votre phrase :
« Il y a des fois
(des moments est peut-être préférable) où je me demande si ce que j’écris est dit en langage humain ou en aboiement de chien, pour être si mal compris.  »
Cette phrase comporte quelque chose de dissonant : vous rapprochez l’écriture et les aboiements qui eux, ne sont pas des signes écrits mais des sons.
Je vous propose :
Il m’arrive de me demander si, pour être si mal compris,  je m’exprime dans un langage vraiment humain ou bien si j’émets des aboiements.
Tara Grand maître Répondu le 17 novembre 2019
Ajouter un commentaire

Bonjour Tara
Merci pour vos observations.

Je ne pouvais pas enlever « chien » pour deux raisons. La phrase serait déséquilibrée, tronquée. Ensuite et surtout, je voulais exprimer mon indignation, ma colère, ce qu’on ne retrouve pas dans votre phrase, et le mot « chien » à la suite de « aboiement » est indispensable.

Amob Grand maître Répondu le 17 novembre 2019

Je vois.
Cependant, « aboiement » est déjà bien péjoratif et ravale le locuteur à l’état de chien sans qu’il soit besoin de préciser.
Mais c’est vous qui voyez bien sûr.

le 17 novembre 2019.
Ajouter un commentaire

ou alors peut-être  pour renforcer l’idée d’aboiement et de colère sans faire pléonasme mettre « rugissement » (attribué normalement au lion ) de chien.

jore Maître Répondu le 17 novembre 2019
Ajouter un commentaire

Tout le monde semble terrorisé par un pléonasme 🙂
Mais un plénasme n’est pas un poison, il peut être très utile, servir à exprimer quelque chose, donner de la vigueur à une phrase, par exemple.
Vous le savez mieux que moi,  voyons !
L’aimable Jore que je remercie me parle de rugissement, le problème est que ma voix ne me permet pas d’aller jusqu’au rugissement 🙂
Personne ne semble comprendre que si j’enlève le mot chien, la phrase ne vaut plus rien.
Quant au Prince, il ne sait même pas de quoi il s’agit, quel problème se pose, de quoi nous parlons, de quoi il est question, ni où nous nous trouvons, son âme s’est égarée dans les méandres des dictionnaires et des règles de grammaire. 🙂
Bon, il ne faut pas vous fâcher, c’est juste pour plaisanter un peu, à peine, on peut bien faire de la grammaire souriante, non.

Amob Grand maître Répondu le 17 novembre 2019
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.