« La somme que cette maison a coûté l’a ruiné » ou « La somme que cette maison a coûtée l’a ruiné »?

Bonjour,
Je connais la règle des p.passés  coûté, valu, pesé etc., précédés d’un c. circonstanciel (mesure, quantité, distance…), mais j’hésite quant à cet exemple.

Faut-il y voir un COD (a coûté quoi?) ou un c.circonstanciel (a coûté combien?)?

La première solution me paraît plus logique.

D’avance, je vous remercie de votre aide.

Olivier Débutant Demandé le 15 octobre 2016 dans Accords
7 réponse(s)
 

Bonjour,

Si vous connaissiez les règles d’accord de ces participes passés, vous ne devriez pas hésiter.

I ─ Ils sont invariables lorsque le complément placé avant le verbe est un complément de mesure, de poids , de temps , de prix , de valeur.

II ─ Ils s’accordent avec le complément placé avant le verbe lorsque ce complément est un véritable C.O.D.

Cet appartement ne vaut pas les deux millions qu’il lui a coûté. ──► lui a coûté COMBIEN ? ──► deux millions ──► donc invariable

Vous n’imaginez pas les efforts que m’a coûtés ma rééducation. ──►ma rééducation a coûté QUOI ? ──►des efforts ──► donc accord

Dans la phrase que vous proposez vous devez poser la question : a coûté QUOI ?

Vous écrirez alors :

 La somme que cette maison a coûtée l’a ruiné.

D’autres exemples pour fixer les idées.

Les dix minutes qu’il a couru ont suffi à  l’essouffler.
Bien des épreuves ont marqué les trente ans qu’il a vécu à l’étranger. 
Les  quarante kilogrammes que cette malle a pesé lui ont coûté un important supplément de prix.
Les conséquences les avez-vous bien mesurées.
Il vient d’enregistrer les bagages qu’il a pesés.
Il était satisfait des aventures qu’il avait vécues.
Il a accédé finalement à la situation que lui avaient value ses efforts 

 

czardas Grand maître Répondu le 15 octobre 2016

Les  quarante kilogrammes que cette malle a pesé lui ont (?) coûté un important supplément de prix.

le 15 octobre 2016.

C’est corrigé. Merci pour la relecture. 

le 15 octobre 2016.

Et j’ajouterais, pour Olivier :
http://www.projet-voltaire.fr/blog/regle-orthographe/les-cent-euros-que-cela-ma-coutes-ou-les-cent-euros-que-cela-ma-coute

le 15 octobre 2016.

Merci encore de vos indications et précisions. Comme écrit plus haut, l’accord me semblait logique, mais dans ce cas, c’est vraiment le sens du sujet « somme » (proche de l’idée de valeur) qui m’a posé problème.

Olivier Débutant Répondu le 15 octobre 2016

Merci de vos réponses. C’est surtout le sens du sujet (une « somme » étant une valeur) qui m’a posé problème.

Olivier Débutant Répondu le 15 octobre 2016

Ici somme est synonyme de prix.

Dans cet exemple on a choisi somme pour réaliser l’accord (coûtée).

le 15 octobre 2016.

Avant d’aller plus loin dans la règle grammaticale, la tournure « coûter une somme » ne pose-t-elle pas un petit problème ?
L’orthographe et la grammaire ne sont que les humbles serviteurs de la sémantique.

Chambaron Grand maître Répondu le 15 octobre 2016

Des  écrivains ont employé cette tournure que vous semblez critiquer.

Dans la Comédie humaine on trouve sous la plume de Balzac :

« Adieu,  chère. J’irai de bonne heure cette année à Chantepleurs, car notre voyage a coûté des sommes exorbitantes.»

Extrait d’un essai de Lucia Etxebarria :  «Ton coeur perd la tête.»

« En Espagne, l’autofiction peut entraîner des poursuites. Cela m’aurait coûté une somme exorbitante, si jamais mon ex-mari se portait en justice.»

À lire aussi : pages 43 ; 44 ; 45

https://books.google.fr/books?id=zimWdo4r2e8C&pg=PA43&lpg=PA43&dq=m%27a+coûté+le+prix&source=bl&ots=eMFoohfpVA&sig=IYQgmqdA6x6cfb8Tfg7EQuJjmB4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjzjIO21t7PAhWK2xoKHZU_DSw4ChDoAQhLMAk#v=onepage&q=m’a%20

le 16 octobre 2016.

Bonjour czardas,
Ce que je lis dans le lien que vous indiquez ci-dessus, c’est un état des lieux de la polémique au sujet du participe passé du verbe « coûter » et en particulier avec le mot « somme ». Il donne raison à Olivier de s’interroger et à JackslJack de s’insurger ! 😉

le 16 octobre 2016.

J’ai ajouté ce lien pour répondre à Chambaron sur l’emploi de la tournure « coûter une somme »

Et j’ai aussi trouvé intéressant de vous proposer quelques divergences sur l’ accord de certains participes passés. Je trouve cela honnête et de bon ton.

le 16 octobre 2016.

Bon czardas, j’aimerais pouvoir écrire sans avoir la certitude que vous allez chaque fois venir japper sur mes réponses. Je ne viens pas polluer les vôtres de mes aboiements. Si vous n’êtes pas d’accord, écrivez le ailleurs… Je le répète : si vous avez un problème,  je n’en suis pas l’exutoire.

le 16 octobre 2016.

Croyez-moi sur parole, je n’ai aucun problème, et vos propos acrimonieux m’apitoient.

Vous êtes intervenu, non pas pour répondre directement à la question posée, mais pour critiquer l’emploi de la tournure « coûter une somme » : je cite « la tournure « coûter une somme » ne pose-t-elle pas un petit problème ?»

Il me semblait alors évident de trouver des exemples d’emploi de cette tournure dans la littérature pour dissiper vos doutes et vos scrupules. C’est ce que j’ai fait tout simplement… sans vous mordre.

le 17 octobre 2016.

Czardas,

M’avez-vous quitté sur la question du coût exprimé en choses abstraites ?

Cela m’évitera de cliquer à intervalles réguliers sur le sujet…

JackIsJack Maître Répondu le 17 octobre 2016

Installez un lecteur de  flux RSS sur votre navigateur (vous en trouverez dans les extensions). Ainsi, vous pourrez être averti des nouvelles questions, réponses et commentaires.

le 17 octobre 2016.

C’est installé !

Merci pour l’astuce.

Quel bonheur de pouvoir suivre ces joutes grammaticales en temps réel…

Avez-vous une rôle dans la maintenance / conception du site ?

le 17 octobre 2016.

Pas le moins du monde, j’ai galéré comme vous ! Et j’ai aussi reçu des coups de pouces.

le 18 octobre 2016.

Extraits du Littré:

1. Coûter est un verbe neutre, et quand on dit : cela m’a coûté dix francs, beaucoup de peine, quelques larmes, francs, peine, larmes ne sont point des régimes directs ; il y a une ellipse, et la locution entière est : cela m’a coûté (pour) dix francs, (pour) beaucoup de peine, (pour) quelques larmes. En effet on ne peut pas dire : dix francs m’ont été coûtés ; des larmes me sont coûtées, etc. Coûter ne pouvant se tourner par le passif, n’a donc dans les phrases de ce genre que l’apparence de l’actif ; il dérive du latin constare qui signifie proprement être avec, être acquis, de là provient l’impossibilité d’un passif.

2. Coûter n’étant pas actif, il faut dire : la somme que cette maison a coûté, et non coûtée ; les pleurs que la mort de cet enfant a coûté à sa mère, et non coûtés, etc. Cependant l’Académie, qui dit bien que coûté est toujours invariable, note que plusieurs écrivains ont accordé coûté en ces cas-là. En voici en effet des exemples. Après tous les ennuis que ce jour m’a coûtés. [Racine, Britannicus] On ne peut considérer ces exemples que comme des licences condamnables en prose et tout au plus permises en poésie.

Source

http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/co%C3%BBter
(Cf. Remarques en bas de page)

Conclusion

Il faut écrire donc :

La somme que cette maison a coûté l’a ruiné.

… sauf, éventuellement, si c’est un vers d’un poème.

JackIsJack Maître Répondu le 18 octobre 2016

J’efface ainsi ma précédente réponse, et n’en garde que l’explication de la confusion possible :

Voici un exemple connu qui est propice à la confusion :

« Les efforts que ce travail m’a coûtés. »

Cela peut être interprété comme : le travail a occasionné des efforts.

Cela permettrait de sentir la transitivité de l’action coûter.

C’est une analyse simpliste et incomplète.

On peut penser cette phrase d’une manière compatible avec son usage courant (abstrait ou non) :

Le travail a fait perdre des efforts (à la personne) qui étaient une ressource pour lui. Ces efforts auraient pu être consacrés à d’autres activités. Synonyme : L’énergie que ce travail m’a coûtée.

Il en résulte que « les efforts » sont bien une mesure du coût du « travail » exprimée comme une ressource du C.O.I.

« Les efforts que ce travail m’a coûté. »

le 18 octobre 2016.

Dans le ivre sur le participe passé que j’ai sous les yeux, la phrase suivante qui est notée correcte est : La somme que la réparation a coûté est très importante. Donc je ne comprends pas cet accord.

Manuel Grand maître Répondu le 16 juin 2019
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.