« la plus » ou « le plus »

Bonjour à toutes et à tous,
En khâgne, j’ai entendu ma professeuse d’allemand me dire que l’erreur était de dire « C’est aujourd’hui que tu es la plus belle » alors que l’on devrait dire « C’est aujourd’hui que tu es le plus belle ». Selon elle, le superlatif « le plus » était ici un adverbe (donc invariable en genre) et qu’il ne fallait pas le confondre avec « tu es la plus belle de toutes ». J’arrive mal à comprendre la différence: pourriez-vous m’orienter? Je n’ai rien trouvé sur le site de l’Académie Française ou dans La Grammaire méthodique du français de Riegel-Pellat-Rioul.

En vous remerciant pour vos lumières,

Amitiés voltairiennes,

Sevigne Débutant Demandé le 11 novembre 2018 dans Question de langue

Etes-vous sûr(e) que votre professeure aimerait ce professeuse

le 11 novembre 2018.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

C’est une question du Projet Voltaire, niveau Excellence.

Si vous exprimez un superlatif absolu (comparaison à soi-même, degré le plus ou le moins élevé) :
C’est en hiver que Venise est le plus belle.

2. Vous exprimez un superlatif relatif (comparaison à d’autres) :
Venise est la plus belle de toutes les villes du monde. 

joelle Grand maître Répondu le 11 novembre 2018

Parfait! Merci de votre réponse! C’est très clair!
2 questions encore:
a- le superlatif absolu est donc un adverbe (invariable) alors que le superlatif relatif contiendrait un article (variable)? ??J’ai du mal à saisir en quoi « le plus » ou « la plus » appartiennent à des catégories grammaticales différentes. Pourriez-vous encore m’éclairer sur ce point?
b-Pensez-vous qu’en ancien français existait aussi l’invariabilité du superlatif absolu (considéré comme adverbe): en somme, « le plus » n’est-il pas DEVENU une locution adverbiale (de la même manière que « c’est » devient de plus en plus figé et donc invariable; ie on devrait dire « ce sont » dans nombre de cas)? Auquel cas, cela montrerait une nouvelle fois que le français s’est progressivement et imperceptiblement « masculinisé » (mais bon vu les erreurs d’emploi, le féminin reprendrait ses droits)… Cette interrogation éclaire sans doute le « professeuse » (liminaire): je me réfère aux travaux d’Eliane Viennot (les noms masculins en -eur font leur féminin en -euse: chanteur/chanteuse; seul le Canada par facilité rajoute des « e » muets à des masculins type « professeure »).
Merci pour votre efficacité redoutable 🙂

Sevigne Débutant Répondu le 11 novembre 2018

Plus est toujours un adverbe :  « le plus » serait une locution adverbiale puisque l’on n’accorde pas avec le nom commun… C’est une différence avec le superlatif relatif où plus est précédé d’un article : la plus…l’une des plus…

Pour l’ancien français, je ne suis pas compétente…

le 12 novembre 2018.

Bonjour,

Un adjectif au superlatif relatif est toujours précédé de le plus quand la personne ou l’objet évoqués sont comparés à ce qu’ils sont ou étaient à un autre moment ou dans un autre lieu, c’est à dire lorsqu‘on les compare à eux-mêmes.

C’est le matin que la lumière est le plus belle.
C’est en Polynésie que Jeanne a été le plus heureuse.
En 1998 lors de la coupe du monde de football les Français ont été le plus forts.

Quand la personne ou l’objet dont on parle sont comparés à une autre personne ou à un autre objet, l’article s’accorde avec le nom.

Adèle est la plus jeune des élèves de cette classe.
Cette étude est la plus complète que j’aie jamais lue.
Jean est le plus fort de tous les concurrents.

Voici les deux cas réunis dans une seule phrase.

Nous sommes dans une époque prodigieuse où les idées les plus accréditées et qui semblaient le plus incontestables se sont vues attaquées, contredites, surprises et dissociées par les faits (P. Valéry)

Cette distinction n’est pas toujours aisée. Parfois même, l’accord peut se faire ou non sans que le sens de la phrase en soit sensiblement altéré.
Aussi, la tendance actuelle est-elle de s’affranchir de ces règles… que n’ observaient d’ailleurs pas les classiques.

Remarque importante :
On utilise le terme de «  superlatif  absolu » pour désigner des expressions contenant un adverbe intensif (très, extrêmement, etc.) qui précède un adjectif et le renforce ;

Elle est très belle.
Ce problème est extrêmement compliqué.

On ne peut normalement pas former de superlatif absolu avec des adjectifs qui expriment une propriété ou une qualité très marquée ou exagérée, autrement dit qui sont sémantiquement des sortes de superlatif absolu :
magnifique, merveilleux, admirable, extraordinaire, superbe, délicieux, sublime, excellent, effroyable, affreux, horrible, capital, essentiel.

On ne peut pas dire : c’est très magnifique ou c’est extrêmement sublime.

Le  présentatif «c’est» est employé avec un nom au singulier.
C’est ma chemise.
Le présentatif « ce sont » est  employé avec un nom au pluriel.
Ce sont mes chaussures.

Il fallait en effet écrire :

C’est aujourd’hui que tu es le plus belle.

Au superlatif absolu on dirait :

Aujourd’hui tu es très belle.

Vous pouvez aussi consulter  Le bon usage de Grevisse §950  12e édition : observation sur la superlatif relatif. 

czardas Grand maître Répondu le 12 novembre 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.