La moitié était

Même si elle s’est fait (et non faite) faire couper les cheveux, une participante s’est permis (et non permise) de courir sur la scène… Les jeunes filles ont  été tout (et non toutes) émues de voir ce qu’elles venaient de voir. La moitié des spectateurs était (et non étaient) des élèves de première année.

Est-ce bien correct ?

Fifi Érudit Demandé le 13 février 2020 dans Accords
5 réponse(s)
 

Même si elle s’est fait (et non faite) (1) faire couper les cheveux, une participante s’est permis (et non permise) (2) de courir sur la scène… Les jeunes filles ont  été tout (et non toutes) (3) émues de voir ce qu’elles venaient de voir. La moitié des spectateurs était (et non étaient) (4) des élèves de première année.

(1) oui
(2) oui
(3) les deux accords sont possibles : tout = adverbe = complètement = les jeunes filles étaient complètement / totalement émues ; toutes = adjectif = toutes les jeunes filles étaient émues.
(4) les deux sont possibles, voir par exemple l’article de la BDL.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 13 février 2020

Merci beaucoup. Donc, nous pouvons dire que : »Elle s’est permis » ne sera jamais orthographié « Elle s’est permise » (on l’entend si souvent !)

Fifi Érudit Répondu le 13 février 2020

Je t’en prie ! 🙂

On permet quelque chose à quelqu’un, on doit donc en effet laisser le participe invariable.

(Concernant le (4), je privilégierai nettement l’accord au pluriel, avec l’attribut, le singulier me parait particulièrement moyen : la moitié des spectateurs est des élèves de première année ; avec un participe passé ça passe mieux : la moitié des spectateurs est assise au premier rang.)

le 13 février 2020.

Bien sûr… Je n’ai pas réalisé ! (permettre à qqn). J’ai pensé à un verbe essentiellement pronominal. Ce qui n’est pas le cas.
Pour le point 4,  j’avais appris que : « La moitié des élève a« , mais, « Une moitié des élèves sont« … apparemment, cela n’est donc pas une règle « figée.

le 13 février 2020.

Dans l’article cité par mis-en-trope, il y a deux choses différentes :

Au choix :

 – La moitié des députés a voté pour le projet. (On insiste sur une fraction précise.)
– La moitié des pommes seront vendues. (On met l’accent sur le complément, qui est féminin pluriel.)

Puis plus loin,
Si la fraction ou le pourcentage sont précédés d’un déterminant (lesces, etc.), l’accord du verbe se fait obligatoirement avec l’expression du pourcentage.

Voilà pourquoi j’aurais mis : la moitié des spectateurs était des élèves …

joelle Grand maître Répondu le 13 février 2020

Oui, je pense que la BDL a omis de préciser un déterminant pluriel(sinon , d’ailleurs, ce serait incohérent avec ce qui précède : la moitié des députés a vs la moitié des pommes seront).

Cela dit, je reste malgré tout interrogatif quant à la possibilité du singulier, lorsqu’on a une phrase attributive, comme c’est le cas de la phrase de Fifi.

le 13 février 2020.

Bonsoir,

« Quand il s’agit de fractions, soit de fractions proprement dites (la moitié, le tiers… ), soit d’expressions avec part,
partie 
ou fraction, soit de la majorité, la minorité, soit encore de le reste, les deux accords sont aussi en concurrenceL’accord avec le mot complété est surtout fréquent quand il est purement orthographique. »  [Ce qui est le cas de la phrase de fifi : était ou étaient]

Et Le Bon usage de citer plusieurs ex. comportant  l’accord avec le complément ou le nom complété.  Et d’ajouter :

« Cet accord [verbe au sing.]  est ordinaire quand le collectif est précédé d’un article défini, d’un déterminant possessif ou démonstratif : La foule des vivants rit et suit sa folie (HugoRayonsxiv )— La foule des disciples s’ est ruée (BernanosImposturePl., p. 326)— Ma troupe de comédiens vous amusera. Cette bande de moineaux s’envolera .

A noter que la règle selon laquelle si le nom complété a un sens précis, « mathématique » dit le B.U.,  le verbe est au singulier (La moitié des députés n’a pas voté) est inapplicable en l’espèce, parce que on ignore s’il s’agit d’une moitié précise (15 élèves sur 30 par ex.)  ou non (14 ou 16 sur 30).

Ma conclusion : Compte tenu de ce qui précède, on est conduit à écrire : La moitié des spectateurs était (et non étaient) des élèves de première année.
Cela dit, je ne saisirai pas l’Académie française une nouvelle fois ni ne croiserai le fer avec ceux qui ne partagent mon opinion !

Bonne nuit.  🙂                                                               

 

Prince Grand maître Répondu le 13 février 2020

Très bien, mais le BU dit-il quelque chose de ce cas précis où nous avons une phrase attributive. Pour moi, la première a vraiment du mal à passer.

??? La moitié des spectateurs est des élèves de première année.
La moitié des spectateurs sont des élèves de première année.

le 14 février 2020.

Le B.U. vise le cas où « l’accord avec le nom complété est purement orthographique », et toi tu prends un cas où l’accord n’est pas purement orthographique (est vs sont) !

le 14 février 2020.

Prince, joli bottage en touche. 😉

Difficile de trouver quelque chose sur ce point (peut-être dans le BU, mais je n’y ai pas accès).
Dans parler français, toutefois :

La majorité des élèves de cette école pratique ou pratiquent un sport, mais La majorité des députés sont des hommes (à cause de l’attribut pluriel)
La moitié des intervenants a plus de quarante ans mais La moitié des intervenants sont des hommes (à cause de l’attribut pluriel des hommes).
(La mise en valeur des parenthèses est de moi.)                                                                                                                                                                                                                                                                                

Je pense qu’il faut faire la différence entre adjectif et substantif non déterminé attributs d’une part, et substantif déterminé attribut, d’autre part.
Dans le premier cas, l’accord avec la fraction n’est pas impossible (même si sans doute moins fréquent qu’avec le complément), dans le second l’accord ne peut se faire qu’avec le complément. C’est le cas de la phrase de Fifi, je dirais donc que l’accord doit obligatoirement se faire au pluriel, avec des élèves de première année.

La moitié des spectateurs étaient des élèves de première année.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 14 février 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.