La Francophonie : majuscule ou minuscule ?

Répondu

Bonjour,
Dans la phrase suivante : « La francophonie mise à l »honneur », le terme « francophonie » prend-il bien une minuscule ?
Merci pour votre réponse,
Sophie

DAVID Sophie Érudit Demandé le 15 février 2019 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Sans majuscule, « francophonie » est un terme générique datant du XIXe siècle et désignant les espaces francophones tels que vus par les géographes. Il n’a fait son entrée dans le dictionnaire Larousse qu’en 1962.
La majuscule est apparue plus tardivement pour caractériser l’ensemble des structures francophones et notamment l’organisation internationale de la francophonie (O.I.F.) dont vous trouverez ICI l’histoire. Cette page définit d’ailleurs clairement le distinguo entre les deux.
Dans votre exemple, c’est le fait de parler français qui est mis à l’honneur et la minuscule s’impose donc.

Chambaron Grand maître Répondu le 15 février 2019

 

D’accord pour dire que dans l’énoncé de Sophie, il convient d’user de l’initiale minuscule, comme dans ce texte :

« La francophonie à l’honneur

Détails

La francophonie est enfin remise à l’honneur en France ! La francophonie est un merveilleux vecteur pour la culture, la science et la philosophie. Oui, vive la francophonie ! À titre d’exemple, Philosophie, science et société est lu, par ordre de fréquence, dans les pays francophones suivants : France, Canada, Maroc, Haïti, Belgique, Sénégal, Côte d’Ivoire, Algérie, Cameroun, Suisse, États-Unis, Congo, Madagascar, Gabon, Tunisie, Guinée, Burkina Faso.

Mais, si l’on veut que la langue française soit largement employée, il faudrait en rendre l’orthographe moins arbitraire, moins discriminante et un peu plus rationnelle. Le français écrit a été truffé de pièges. Connaître l’orthographe donne accès à l’écrit qui est indispensable pour tous, alors que sa difficulté est en même temps un instrument de distinction sociale. Mais, cet aspect de distinction et d’exclusion, on ne veut pas le reconnaître. Des académiciens aux amuseurs publics, en passant par les politiques, tout le monde est d’accord pour ne – surtout pas ! – améliorer les règles (il vaudrait mieux dire les non-règles en forme de chausse-trapes) d’écriture du français. »

 

 

Prince Grand maître Répondu le 15 février 2019

Haha ! Vous citez C. Benzitoun sur ce site ? Mais vous risquez le pire, et même au-delà… Les fantômes de l’Académie vont venir vous gratter la plante des pieds ce soir…
Excellent, merci.

le 15 février 2019.

Les fantômes de  l’Académie française devraient gratter aussi les pieds de celui qui la cite sans guillemets  et sans même  indication de la source.  🙂

le 15 février 2019.

Désolé si mon deuxième degré est parfois trop elliptique.
L’article que vous citez renvoie directement à un texte du linguiste Christophe Benzitoun (L’ortografe, ça sert à koi ? connu pour ses positions très réformatrices sur les questions de langue. Vous pouvez aussi lire cette analyse.
Ne voyez donc aucun reproche dans mon commentaire. Bien au contraire puisque je soutiens certains aspects de sa démarche. Mais sur le site du Projet Voltaire, cela détonne un peu…

 

le 15 février 2019.

Bonjour,

C’est à dessein que j’avais proposé cette réponse sans donner de référence, car je savais pertinemment que mes détracteurs allaient se manifester.
C’est chose faite.

Voici ce que dit l’Académie à ce sujet.

Alors qu’en pense la modération, ainsi que celle qui a posé la question ?

czardas Grand maître Répondu le 16 février 2019

Bonjour,

Francophonie peut s’écrire avec une minuscule ou une majuscule.

► Avec une minuscule lorsqu’il s’agit du fait de parler le français ou de désigner l’ensemble des populations dont la langue principale ou seconde est le français.
Les défenseurs de la francophonie.

► Avec une majuscule. Nom par lequel on désigne couramment, par abréviation, la Conférence des pays ayant le français en partage, et les diverses institutions qui s’y rattachent.
Un État membre de la Francophonie.

czardas Grand maître Répondu le 15 février 2019
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.