Je suis Français/français (d’origine)

Bonjour,

Doit-on écrire « Je suis Français d’origine » ou « Je suis français d’origine », « Je suis Français » ou « Je suis français » ?

Je connais la règle de base pour la majuscule de la nationalité : Un Français parlant français mange une pizza française.

Cependant, dans le cas d’un attribut du sujet, comment savoir si c’est un substantif ou un adjectif qualificatif ? D’autant plus qu’un substantif attribut du sujet peut s’utiliser sans déterminant (Il est jardinier ; Il est élu roi).

Je sais que l’Académie française a tranché en faveur de l’adjectif, et donc de la minuscule, cependant je ne la considère pas comme la meilleure référence linguistique et lexicographique.

Claes Débutant Demandé le 30 novembre 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

J’ai fait le tour de toutes mes grammaires et de tous mes dictionnaires des difficultés. Certains  écrivent Je suis français, d’autres Je suis Français et enfin les derniers Je suis français ou Français.

Je vous donne l’excellent Parler FRAçAIS (il traite de Je suis français/Français  aussi).

« Alexandre Yersin (1863-1943), né suisse à Morges, mort français à Nha Trang (Vietnam) » (à propos du biologiste qui a découvert le bacille de la peste et mis au point l’ancêtre du Coca-Cola, photo ci-contre).

(Delphine Peras, dans L’Express n° 3190, août 2012) »

« Ce que j’en pense

 

La rgle est connue : les noms de peuples, d’habitants et de nationalités s’écrivent avec une majuscule (Un Français. Je suis une Française), les adjectifs associés et les noms de langue s’écrivent avec une minuscule (Un citoyen anglais qui parle le françaisIl est de nationalité française).

Les choses se compliquent en l’absence de déterminant. Ainsi, dans la phrase : Je suis Français / français, est-on en présence du substantif ou de l’adjectif ? Il est intéressant d’observer au préalable que l’hésitation n’est pas de mise lorsqu’il est question d’une profession : dans Je suis médecinmédecin, bien qu’employé sans déterminant, n’en demeure pas moins un nom, en position d’attribut du sujet. Aussi retiendra-t-on que la fonction d’attribut peut être assumée aussi bien par un adjectif que par un nom sans déterminant.

Mais revenons à notre affaire. Selon l’usage en vigueur à l’Imprimerie nationale et les recommandations de Joseph Hanse et de Charles Gouriou (1), on écrira correctement : Je suis Français, je suis né Français, car il s’agit là d’exprimer une nationalité (sous-entendu : je suis un Français, je suis né avec le statut de Français) et non l’ensemble des qualités – pour ne pas dire des stéréotypes – généralement attribuées au peuple français (comme dans : Elle est très française, avec ses manières de grande dame).

Seulement voilà, l’Académie n’est pas de cet avis. L’entendez-vous pester sur son site Internet ? Tout en reconnaissant que « l’usage en la matière est mal fixé », elle y fait le choix inverse : « On écrira donc : Les Français aiment leur langue, mais Ma sœur est française. »

Grevisse, de son côté, joue comme souvent le Suisse de service : « Son mari était anglais ou Anglais » ; il observe toutefois que « la majuscule semble avoir la préférence, ce que l’on peut encourager », là où Karine Germonie privilégie la minuscule « car la majuscule peut être interprétée comme une influence malvenue de la langue anglaise, qui met systématiquement une majuscule aux noms et adjectifs désignant une langue ou un gentilé » (Majuscules, abréviations et symboles, 2013)Malgré la contribution de toute la famille, force est de constater qu’il s’agit là d’un (nouveau) point de français sur lequel nos spécialistes − et nos écrivains (2) − ne s’accordent pas. Comprenne (le Français) qui pourra !

Quoi qu’il en soit, si l’on ne peut dire d’Alexandre Yersin qu’il est né très Suisse et qu’il est mort très Français (noms), sans doute fut-il le plus français des savants suisses (adjectifs) ! Assurément un homme d’exception qui a fait sienne la devise « impossible n’est pas… français ».

(1) « La majuscule doit être conservée lorsque le mot remplit une fonction d’attribut : il est Anglais, elle est devenue Espagnole, ils sont naturalisés Américains, je suis Brésilien » (Memento typographique).

(2) « Comment peut-on être Persan ! » (Montesquieu), « Puisqu’il est Allemand, je peux lui parler » (Voltaire), « Mon ami, qui est Allemand » (Balzac), « Je n’étais pas fait pour être Parisien » (Hugo), « Pour faire la grammaire française que nous concevons, il fallait donc être Français » (Damourette et Pichon), « Être humain cela ne consiste pas seulement à être Espagnol, ou Anglais, ou Français, ou Russe » (Paul Léautaud), « Il est Belge » (Julien Green), « Je suis Français, comme vous » (Georges Duhamel), « Que signifie être Français ? Et plus encore, qui est Français ? » (Hélène Carrère d’Encausse), à côté de « Le procureur est français de nation » (Jules Michelet), « Le cuisinier est français » (Jean-Marie Rouart), « [A.O. Barnabooth] est français, malgré son nom anglo-saxon » (Jean d’Ormesson), « Mon père est allemand mais ma mère est grecque » (Fred Vargas). Jean Dutourd hésite : « Si ce membre de la cinquième colonne est Français, moi je suis Chinoise », mais « M. Bowen est anglais ».

Remarque : On notera ce cas où le nom diffère de l’adjectif autrement que par la seule majuscule : Elle est suisse (adjectif) ou Elle est Suissesse (nom, même si l’usage tend à recourir également à Suisse au féminin).

Ce qu’il conviendrait de dire

« Alexandre Yersin, né Suisse, mort Français » (selon Gouriou et Hanse, qui ont ma préférence) ou « Alexandre Yersin, né suisse, mort français » (selon l’Académie, Larousse et Bescherelle). »

 

 

 
Prince Grand maître Répondu le 30 novembre 2021

Dans la phrase «je suis français», français est bien un adjectif. On l’écrira alors en minuscule.

Linguae Amans Érudit Répondu le 30 novembre 2021

Mon avis : on ne peut pas savoir. c’est vous qui choisissez si vous voulez  en attribut le substantif ou l’adjectif.

Tara Grand maître Répondu le 30 novembre 2021

Bonjour,

Pour Je suis français vs Je suis Français, les deux analyses (adjectif vs substantif) sont en effet possibles.

Mais pour Je suis ?rançais d’origine, je pense qu’on est en présence d’un substantif et que donc la majuscule s’impose > Je suis Français d’origine.

Pourquoi est-ce que je pense qu’on a un substantif et non un adjectif ?

Quand l’adjectif signifie la nationalité, il est relationnel, et il équivaut à quelque chose comme d’origine français / de France / de nationalité française, etc. :

Un vin français = Un vin d’origine française.

Je suis français = Je suis d’origine française.

Dès lors, on voit que l’option adjectif n’a guère de sens :

*Je suis français d’origine = Je suis d’origine française d’origine.

Alors que le substantif convient parfaitement bien :

Je suis (un) Français d’origine.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 30 novembre 2021

Merci pour vos réponses, et un merci spécial à @Prince pour cette réponse très détaillée ! Effectivement, je préfère suivre Gouriou que l’Académie française (du moins sur ce sujet).

Claes Débutant Répondu le 1 décembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.