Je prévoyais de ranger l’amoncèlement de papiers sur mon bureau, que j’époussèterais dans la foulée.

bonjour!
– pour vérifier si le dernier verbe est bien au conditionnel (j’avais d’abord mis au futur)
– j’ai créé un quiz sur l’orthographe simplifiée (règles de 1990), si quelques-uns veulent le vérifier (il peut y avoir des fautes que je n’ai pas vues). On n’est pas obligé de s’identifier pour le faire (on n’aura que le résultat final, sans le détail):
http://www.babelio.com/quiz/20730/ORTHOQUIZ-2016
merci, à bientôt

Myrtille Maître Demandé le 19 juin 2016 dans Conjugaison
4 réponse(s)
 

Vous avez raison, j’aurais du le préciser.
Avec la principale au passé, on peut utiliser pour une action postérieure de la subordonnée mais qui reste dans le passé, le futur du passé ou le futur antérieur du passé dont les formes se confondent respectivement avec celles du conditionnel présent et du conditionnel passé (j’aurais épousseté).
Cela ne change rien si vous utilisez l’imparfait ou le passé composé, qui sont des temps du passé, dans la principale.

PhL Grand maître Répondu le 19 juin 2016

Bonjour.
Je pense que épousseter ne doit pas être au conditionnel mais au futur. Prévoir n’indique pas une condition ou une action imaginaire, mais une action envisagée qui va se dérouler plus tard.
Si l’on met le verbe de la principale au présent de l’indicatif, « je prévois de ranger l’amoncellement de papiers sur mon bureau, que j’époussetterai dans la foulée« , selon la concordance des temps, on aura recours au futur, l’action étant postérieure au moment de la prévision de l’action de ranger.(on peut utiliser la première personne du pluriel pour vérifier)
Si l’on garde l’imparfait, on utilisera alors le futur du passé qui se confond avec le conditionnel (époussetterais), mais n’a pas la valeur d’un conditionnel.
« je prévoyais de ranger l’amoncellement de papiers sur mon bureau, que j’époussetterais dans la foulée« 
Cordialement.

PhL Grand maître Répondu le 19 juin 2016

d’accord pour le futur quand la principale est au présent, c’est bien ce que je veux dire. Donc, avec la principale à l’imparfait, la suite est juste avec « époussèterais », sans être du conditionnel (donc par hasard, car je ne connais pas la forme futur du passé…)
Ce jour-là, nous avions prévu de ranger la pile de papiers sur le bureau, que nous époussèterions dans la foulée. (pas: « aurions épousseté » sinon conditionnel?)

Myrtille Maître Répondu le 19 juin 2016

merci!
En fait, dans mon exemple avec « nous », je ne voulais pas mettre à l’imparfait à cause de « prévoyions », qui est rare dans la conversation, mais j’aurais dû écrire:
« nous avons prévu de ranger les papiers sur le bureau, que nous époussèterons dans la foulée », et ainsi, on a passé composé au lieu d’imparfait, et quand même futur, donc action certaine.
Au lieu de cela, j’ai écrit « nous avions prévu », ce qui change trop par rapport à la phrase originale: « je prévoyais » amène du certain, avec « j’avais prévu », il peut survenir des évènements postérieurs moins prévisibles: « mais… »
Bon, je crois qu’on a fait le tour, merci de votre réponse!

Myrtille Maître Répondu le 20 juin 2016

Avec le verbe prévoir, on peut aussi se dire que les actions envisagées seront effectuées non pas dans le passé, mais dans le présent ! Dans ce cas, et cela dépend donc du contexte, le verbe de la subordonnée sera au futur simple.
« Je prévoyais de ranger (…) que j’époussetterai (…) »

le 20 juin 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.