Je me suis dit que + imparfait ou…

Bonjour,

Dans la phrase suivante : « Comme vous étiez mon enseignant (l’an dernier), je me suis dit que c'[être] une bonne idée d’avoir une lettre de recommandation de votre part. » comment conjugueriez-vous le verbe être ?
P.-S. : la lettre de recommandation est pour un master que je souhaite postuler en ce moment.

Je pencherais pour l’imparfait « c’était ».
En regardant les règles de la concordance des temps, j’ai pensé à la simultanéité, d’où l’emploi de l’imparfait, mais je ne vois pas en quoi c’est simultané..  J’ai aussi pensé au conditionnel passé mais me suis ravisé dans la mesure où il est toujours possible d’avoir cette lettre. Donc je bloque…

Absalon Amateur éclairé Demandé le 16 avril 2021 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Je me suis dit que c’était  une bonne idée d’avoir une lettre de recommandation de votre part. 
==>vous avez raison pour la simultanéité : l’idée était bonne au moment où vous l’avez pensé

Toutefois, comme l’idée sera bonne après : le conditionnel présent est valable aussi
Je me suis dit que ce serait  une bonne idée d’avoir une lettre de recommandation de votre part. 

Enfin, en matière d’expression, je ne suis pas sûre que « je me suis dit que c’était une bonne idée » est très indiqué.

Il faut que vous présentiez votre projet à votre professeur et que vous lui demandiez s’il est disposé à écrire une lettre de recommandation pour vous aider /
mettre toutes les chances de votre côté / vous permettre d’accéder à ce mastère.

joelle Grand maître Répondu le 16 avril 2021

Ahhh c’est donc comme cela qu’il faut penser… Merci beaucoup !

En ce qui concerne la phrase, je vous remercie et tiens compte de vos conseils !

le 16 avril 2021.

La simultanéité.
Pour les grammairiens, il suffit que ce soit « simultané à ce moment-là ». Ne considérez pas la simultanéité des événements dans la durée, ce qui est rare. La réalité de la subordonnée doit être constatée au moment de l’action de la principale. C’est le sens du mot « simultanéité » dans toutes les grammaires que j’ai lues. C’est très intéressant que vous nous fassiez remarquer la faute d’emploi de ce mot de la part des grammairiens. Il ne s’agit en effet pas du fait que deux actions soient simultanées mais seulement que le moment de l’action de la principale s’inscrive dans la durée de l’état de la subordonnée.
— Pierre disait (moment inscrit) que Paul était (durée de l’état) malade.
Donc oui, votre concordance des temps est très normale :
— j’ai pensé que c’était, je me suis dit que c’était une bonne idée
Avec un passé composé dans la principale, il y a une série d’expressions comme « j’ai appris que », « on m’a dit que »… qui peuvent entraîner le présent (on m’a dit que, je sais que, tu es maintenant à Nantes). Votre « je me suis dit que » ne permet pas particulièrement ce présent. Utilisez-le cependant éventuellement si vous le voulez vraiment, ce sera parfois justifiable.

Le conditionnel.
Le « conditionnel passé », c’est : « je me suis dit que ça aurait pu être une bonne idée ». Du conditionnel passé dans le passé, c’est une antériorité, et ce n’est certainement pas ce que vous voulez dire.
Vous voulez en fait une notion de « conditionnel simultané dans le passé » plutôt qu’un « conditionnel passé » ? Pour cela, on utilise le conditionnel présent.
— Je disais qu’il était beau sans chapeau.
— Je disais qu’il serait plus beau avec un chapeau.
Dans votre phrase, vous pouvez donc écrire :
Je me suis dit que ce serait une bonne idée.

(Et il faut apparemment préciser que dans ce conditionnel présent, il n’y a aucune notion de futur dans le passé, mais uniquement une notion de simultanéité dans le passé, au conditionnel. Cela n’a rien à voir avec l’utilisation du conditionnel présent avec valeur d’indicatif futur dans le passé).

Merou Érudit Répondu le 17 avril 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.