Interpeller ?

Répondu

Je crois que le mot interpeller se prononce inter-peuler. Pourquoi ne se prononce-t-il pas comme interpellation ?

En vous remerciant.

Aline Érudit Demandé le 13 juillet 2015 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Excellente question, car l’usage a sacralisé, sur le modèle de « appeler », une prononciation erronée et il devient impossible de répondre logiquement à votre question.

En conséquence de quoi, les révisions de 1990 ont introduit la variante « interpeler » qui devient cohérente avec « appeler » et « épeler » et les conjugaisons associées. Libre à chacun de choisir, mais personnellement je trouve cela fondé et j’ai rangé la graphie « interpeller » dans mon beau rayon des versions anciennes…

Chambaron Grand maître Répondu le 13 juillet 2015

Est-ce que vous appliquez la nouvelle orthographe pour les verbes en -ELER et -ETER ?

le 14 juillet 2015.

Merci pour vos éclaircissements.

le 14 juillet 2015.

Pour Joelle,
Je n’ai pas encore eu de cas avec ce type de mots. Par défaut, j’adapterais la graphie à la prononciation dominante : il décrètera plutôt que il décrétera, ou il recèlera plutôt que il recélera. Mais je trouve ces modifications moins flagrantes…

le 17 juillet 2015.

Interpeller, ou interpeler (les deux sont admis), se prononce « peuler ».

jean bordes Grand maître Répondu le 17 juillet 2015

Après recherches, je révise un peu ma réponse :
Considérant que le verbe « appeler » ne prend qu’un seul l à l’infinitif (contrairement à l’étymologie latine qui, elle, en prend deux : adpellare), je conçois que, francisée, la prononciation courante et même littéraire soit devenue appeler (peu).
Tout naturellement, conjugué au présent avec les deux l, il se prononce j’appelle comme pelle.

Pour ce qui est du verbe interpeller (qui a gardé, lui, son étymologie latine adpellare), pourquoi donc l’altérer et le mettre sur le même plan qu’appeler ? Le e devant les deux doit donc se prononcer comme j’interpelle et encore nous interpellons, avec un son è devant la consonne double.

Dans un ouvrage, Le français sans fautes, répertoire des difficultés de la langue écrite et parlée, édition 1994-1995(Editions l’Archipel), Jacques Capelovici (certes non membre de l’Académie française, mais surpassant à tout coup un, voire quelques uns de ses membres, que je ne nommerai pas), note :
« A l’image du verbe sceller, interpeller ne se prononce donc pas interpeler [comme appeler], mais interpèler, avec un è ouvert. Cette remarque s’applique au nom de la ville de Montpellier, prononcé Montpèlier ainsi qu’à cresson dont la première syllabe ne se dit pas cre, mais crè comme dans crème»

Du même, dans un autre ouvrage, Guide du français correct, pièges, difficultés et chausse-trapes de la langue française, (même éditeur), il écrit :
« Trop répandue de nos jours, la prononciation interpeler [peu] est à la fois illogique et incorrecte. »

L’Académie française a une autre position  : « Interpeller ou interpeler se prononce peuler. »

Pour ma part, je crois que l’usage a consacré ou est en train de consacrer interpeuler.

« Quot homines tot sententiae ! »
« Autant d’avis, autant d’hommes ! »

jean bordes Grand maître Répondu le 25 juillet 2015

Je complète à nouveau mes réponses par une position de l’Académie française :
« Il est vrai que la prononciation courante diffère de celle préconisée par certains grammairiens. Mais elle est très ancrée dans l’usage. »

jean bordes Grand maître Répondu le 28 juillet 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.