Infinitif, PP telle est la question

Répondu

Bonjour,

Bon je sais cette règle est basique, mais si je dis  » les grottes ont toujours attisé ma curiosité et de ce fait attirer/attirées ?
Quand j’utilise la petite technique avec le verbe FAIRE: Fait pour é et FAIRE pour er ben ça rend la phrase très bizarre et ça me floue l’esprit pour savoir lequel est le bon.

Merci à vous pour ce petit coup de pouce,

rD

rduke Membre actif Demandé le 24 août 2020 dans Accords
2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

« …les grottes ont toujours attisé ma curiosité et de ce fait attirer/attirées ? »

Cela signifie : Les grottes ont toujours attisé ma curiosité et, de ce fait, elles m’ont (toujours) attiré(e). Attiré si c’est un homme qui parle ; attirée, si c’est une femme. En effet, ce PP (m’ )antéposé  s’accorde en genre avec le sexe de l’énonciateur.

Prince Grand maître Répondu le 24 août 2020

rduke,

Grottes est le sujet.
Attiré(e) :  participe passé (PP)  qui s’accorde, en genre et en nombre,  avec le complément d’objet direct (C.O.D.) placé avant lui.
M'(me)est le C.O.D.  Il faudrait que vous vous souvenniez de la règle générale de l’accord du PP employé avec avoir ; je l’ai soulignée ci-dessus.
Comment trouver le C.O.D. ? J’ai mangé une pomme. J’ai mangé quoi ? Une pomme. Pomme est le C.O.D. Celui-ci est placé après mangé ; le PP ne peut donc pas s’accorder avec le C.O.D. ==> mangé s’écrit au masc. sing.
La pomme que j’ai mangée était bonne.  J’ai mangé quoi ? La pomme. Ce C.O.D. est placé avant mangé. ==>La PP s’accorde avec pomme. ==> mangée. 

Bonne soirée.   🙂

le 24 août 2020.

Prince, j’ai cru que la phrase n’était pas finie. « Attiré »  n’a pas de COD dans la phrase corrigée. …de ce fait, elles m’ont toujours attiré(e)  ou elles ont toujours attiré beaucoup de monde.

le 24 août 2020.

Merci !

Je ne sais pourquoi je voulais accorder « attiré » avec les grottes.

rduke Membre actif Répondu le 24 août 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.