induire

Bonjour,

Cette phrase est-elle correcte ? « Il soupçonnait son grand-père de l’avoir induit à cet accès de révolte. » (Dans le sens : son grand-père lui aurait soufflé l’idée de se révolter sans qu’il s’en rende vraiment compte.) L’emploi d’induire est-il correct ?

Merci 🙂

BBFolk Grand maître Demandé le 10 décembre 2020 dans Question de langue
2 réponse(s)
 

Bonjour,

Le TLFI donne comme définition du verbe induire : « amener ou tâcher d’amener à « , et propose comme synonymes « conduire, convier, encourager ».
Exemple donné : « Le serpent, le plus rusé des animaux, induit la femme, puis l’homme, à enfreindre la prescription de Iahvé relativement à l’arbre dont le fruit ferait d’eux des élohim. »
La phrase que vous proposez me semble par conséquent parfaitement correcte.

Bien cordialement,
Antoine.

AntoineT Membre actif Répondu le 10 décembre 2020

Merci beaucoup ! 🙂

le 10 décembre 2020.

 

Bonjour BBFolk,

« Il soupçonnait son grand-père de l’avoir induit à cet accès de révolte. » 

Une personne induit une autre personne à + substantif.

Je n’écrirais pas cela, car c’est vieilli selon le Trésor. 
L’ Ac. ne le signale pas comme tel, mais ça ne m’étonne pas trop de sa part… Personnellement, je perçois cela comme n’appartenant plus au langage usuel.

TLFi :
« Littér. Amener ou tâcher d’amener à. Synon. conduire, convier, encourager, engager, faire (+ inf.), inciter, inviter, porter, pousser (à).
1. Qqninduit qqnà + subst. ou inf. (vieilli), en + subst., dans + subst. (rare). Induire qqn au mal, au péché, à erreur, à mal, à tentation, à mal faire; être induit à une démarche, à des idées fausses, à croire, à penser, à supposer (que). Induire qqn en erreur (v. ce mot II B), en tentation, dans le mal. Loin de l’inciter à la révolte, il l’induisait à l’obéissance (FRANCE, J. d’Arc, t. 2, 1908, p. 245). S’il tend à la rumination, au doute de soi, au scrupule, ne pas le raisonner, l’induire à quitter purement et simplement sa rumination en se perdant dans le travail quotidien (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 266) : »

TLFi : vieilli : « bsol. [Dans un ouvrage lexicogr.] Indicateur stylistique signifiant qu’un mot, une locution ne s’emploie plus guère dans la langue usuelle.

 

Prince Grand maître Répondu le 10 décembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.