Il mesure un mètre quatre-vingt(s)

Dans cette phrase, « quatre-vingt » ne détermine pas un nom, mais celui-ci est sous-entendu (« centimètres »). Doit-on considérer qu’il ne s’agit pas d’un emploi cardinal et écrire « quatre-vingt », sans « s », comme dans « la page quatre-vingt », ou considère-t-on que, même si le nom est absent, il s’agit bien d’un emploi cardinal  ? Il faudrait alors écrire « quatre-vingts », avec un « s »,  comme dans « il fait quatre-vingts centimètres »…

odren Débutant Demandé le 21 novembre 2014 dans Accords

Odren, nous vous invitons à sélectionner une des réponses apportées à votre question afin d’indiquer celle qui a votre préférence.
Pour plus d’informations : https://www.question-orthographe.fr/votez-pour-votre-reponse-preferee/

le 29 novembre 2014.
2 réponse(s)
 

Bonjour,

Vous avez vu juste en considérant que le substantif était sous-entendu. Il s’agit en effet d’une ellipse d’« un mètre (et) quatre-vingts (centimètres) ». L’accord doit bel et bien avoir lieu.

Un adjectif ordinal simple (c’est-à-dire qui ne finit pas en -ième) se rapporte bel et bien à un nom, c’est simplement que ce nom le précède : « page quatre-vingt », « saison un », etc.

Itello Amateur éclairé Répondu le 21 novembre 2014

Bonsoir,

L’explication d’Itello est la bonne.

Ajoutons que cette règle est aussi valable pour « cent« :  on écrira donc « La place cinq cent » (la cinq centième). Je ne vois pas d’exemple réaliste avec « million » ou « milliard » (quel objet est classable à ce niveau ? ), mais la règle serait la même.

Pour finir sur une note souriante, on peut s’interroger sur la raison de cette bizarrerie lexicale du « quatre-vingts » liée à celle du « soixante-dix ». En fait, elle ne concerne que la France, puisque nombre d’autres pays francophones (Suisse et Belgique) ont plus logiquement adopté huitante (ou octante) et septante. Il semble que ce soit une survivance d’un vieux système de numération en base vingt (dit vicésimal) englouti ensuite par le système décimal.

On en trouve notamment trace dans l’ancien système monétaire anglais ( une livre valait 20 shillings ) ou français, dans lequel un franc valait 20 sous, ce qui est à la base de l’expression : « il te manque toujours dix-neuf sous pour faire un franc ! ». Cela explique, de plus,  pourquoi ce diable de « vingt » continue de jouer les hurluberlus dans notre langue moderne : comme le « cent », il s’est substantivé et s’accorde à l’occasion !

Chambaron Grand maître Répondu le 21 novembre 2014

Je ne suis pas sûr de vous suivre en ce qui concerne la remarque sur million et milliard, mais peut-être vous ai-je mal compris. Ceux-ci sont des substantifs à part entière, et s’accordent dans tous les cas. En admettant qu’un livre de cette taille existe, on écrirait donc plutôt la page deux millions. 😉 Après, j’admets avoir du mal à trouver des règles précises sur les noms numéraux en contexte ordinal…

le 4 décembre 2014.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.