« Il eût été tombé »

Bonjour,

Cette phrase est-elle correcte ? « L’adolescent se précipita vers le gouffre, aveuglé par la joie ; si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il eût été tombé dans le précipice, tué par son élan. »

Initialement, j’avais écrit « il serait tombé dans le précipice », mais comme le reste de mon texte utilise autant que possible le subjonctif imparfait/plus que parfait, je ne sais pas si « serait » est cohérent avec le reste…

Je me suis dit qu’il me suffisait de mettre le conditionnel présent au passé (forme 2), voilà pourquoi je voulais transformer « serait » en « eût été ». Mais « eût été tombé » me semble très bizarre.

Merci à tous !

Caulfield Débutant Demandé le 25 septembre 2020 dans Conjugaison
8 réponse(s)
 

– vous avez utilisé 3 formes verbales : eût – été – tombé
– « eût été » : est le verbe avoir au subjonctif passé
– Le verbe tomber se conjugue avec l’auxiliaire être.

« eût été tombé » n’existe pas.

Si vous voulez utiliser le conditionnel passé 2ème forme, voici :
Si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il fût tombé.

Tara Grand maître Répondu le 25 septembre 2020

Second volet de ma réponse.

1° Bien sûr, on peut dire : Si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il fût tombé. Mais c’est moins naturel et plus recherché que Si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il serait tombé  (que j’ai proposé).

2°  Tara, vous avez écrit : « eût été tombé » n’existe pas.
Cette forme verbale existe bel et bien. (Si ne m’en croyez, voyez les tableaux de conjugaison du Monde, par ex.)

Ex. : Si ce catcheur n’avait pas été si fort, il eût été tombé (par son adversaire). Bien entendu, il s’agit d’un   emploi assez rare et spécialisé (verbe « tomber » en emploi transitif – cf. mon message précédent  – et à la forme passive).  Mais c’est correct.

Cela dit, on emploierait plutôt il aurait été tombé, plus naturel.

Bon appétit.  🙂

Prince Grand maître Répondu le 25 septembre 2020

Je ne connaissais pas cet emploi du verbe « tomber » qui d’ailleurs me rappelle l’expression : tomber la veste où le verbe étant transitif peut avoir l’occasion de prendre cette forme d’autant plus rare, artificielle que l’expression est  familière.
Mais c’est possible, oui, bon.

le 26 septembre 2020.

« Il aurait été tombé » signifie « il aurait été battu / surpassé / défait » par un adversaire, ainsi que le démontre Prince.

Dans votre phrase, la tournure ne convient pas.
En outre, la première partie est un peu bancale, et la répétition « précipita / précipice » est dérangeante.
De plus, ce n’est pas son élan qui l’aurait tué, mais les conséquences de sa chute.
Voici ma suggestion
Ivre de joie, l’adolescent se mit à courir, sans se rendre qu’il se précipitait vers le gouffre. Si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il y serait tombé tête la première, emporté par son élan.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 27 septembre 2020

Edwin,

Vous écrivez :
Grevisse écrit cette phrase comme exemple dans son livre: 《je fusse tombé, si tu ne m’eût pas tenu.》
Alors, j’écris votre phrase comme ci-dessous.
《si les mineurs ne l’eussent pas retenu, il fusse tombé.》

Êtes-vous sûr de ce que vous avancez là ? 🙂
Je pense que vous avez mal copié l’exemple de Grevisse, car la forme « tu m’eût » est incorrecte.
De plus, votre « il fusse » est une tournure incorrecte également.
Enfin, votre réponse est erronée.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 27 septembre 2020

Bonjour Madame

Merci…

« Mal copié » <<< vous avez raison Madame. Je l’ai tiré de mon souvenir.
Et je ne m’y connais encore pas en la conjugaison de subjonctif x_x

Mais je crois que la théorie que j’ai citée était bonne.

Edwin

le 27 septembre 2020.

Bonjour,

Selon Grevisse…
Quand on utilise le pqp du subj à la phrase subordonnée, on doit aussi employer le pqp du subj à la phrase principale (la phrase avec « si »).
Grevisse écrit cette phrase comme exemple dans son livre: 《je fusse tombé, si tu ne m’eusses pas tenu.》

Alors, j’écris votre phrase comme ci-dessous.
《si les mineurs ne l’eussent pas retenu, il fût tombé.》

Cette phrase équivaut à 《si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il serait tombé.

Cette phrase, elle s’agit de fait passé non réalisé.
C’est à dire qu’il tombe actuellement, parce que les mineurs ne l’ont pas retenu. <<< est-ce que vous voulez envoyer ce sens?

Edwin

Edwindwianto Grand maître Répondu le 27 septembre 2020

Relisez-vous… fautes d’orthographe, erreurs en rafale…

le 27 septembre 2020.

Bonjour Madame

Merci pour votre intervention.

J’ai rajouté le capture d’écran du Grevisse.
Et de s’être corrigé.

Edwin

le 27 septembre 2020.

Bonjour Caufield,

Si + imparfait ->conditionnel présent => Si tu voulais, tu pourrais.
Si les mineurs ne l’avaient pas retenu, il serait tombé.

Prince Grand maître Répondu le 25 septembre 2020

En effet, tomber ne peut se conjuguer qu’avec être…
À force de vouloir faire compliqué, j’en oublie les règles de bases. J’ai honte.

Merci en tous cas pour vos réponses si rapides ! C’était très clair !

Caulfield Débutant Répondu le 25 septembre 2020

Pas de quoi en avoir honte, Caulfield. Il arrive qu’on finisse par s’embrouiller. 🙂

le 25 septembre 2020.

« En effet, tomber ne peut se conjuguer qu’avec être… »

Tomber un adversaire se conjugue avec avoir et n’est pas pas su tout familier ; c’est du langage sportif non populaire et non familier. Voyons ce qu’en dit le fameux Dictionnaire Bordas des pièges et difficultés de la langue française, de Jean Girodet (p. 763) :

« Tomber Emplois transitifs, auxiliaires, expressions.
1. On admet l’emploi transitif dans la langue du sport : Le lutteur a tombé son adversaire. […]

2. Sauf des les emplois transitifs exposés ci-dessus  [il s’agit donc notamment de l’emploi dans la langue du sport],  l’auxiliaire est être. »

Le Dictionnaire Robert des difficultés du français, de Jean-Paul Colin (p. 749) abonde en ce sens :
« ce verbe [tomber] ne s’emploie plus aujourd’hui avec l’auxiliaire avoir, sauf dans la langue du sport, en emploi transitif, au sens de « triompher de » : Le catcheur a tombé son adversaire. »

Le Dictionnaire Larousse des difficultés du français d’aujourd’hui va tout à fait dans le même sens (p. 567).

Etc.

Hier, j’ai encore appelé l’attention sur la nécessité, souvent,  de ne pas être trop catégorique…  🙂

Prince Grand maître Répondu le 25 septembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.