il/elle est versus c’est

Bonjour mon étudiant a écrit cette phrase à propos de ses dernières vacances:
« Comme elle est fatigante une croisière. »
Je peine à expliquer pourquoi il serait mieux d’utiliser « Comme c’est fatigant une croisière »
Merci d’avance pour votre aide!

severineld Débutant Demandé le 27 avril 2022 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Comme elle est fatigante cette croisière : il y a des déterminants définis.
Comme c’est fatigant une croisière : c’est plus général !

joelle Grand maître Répondu le 27 avril 2022

C’est ou ce sont ?

Ces expressions, construites avec le pronom ‘ce’ (ou de son abrégé c’) et le verbe être, sont dites impersonnelles. Le pronom ‘ce’ est le sujet apparent du verbe être, mais le sujet réel est un mot ou bien un groupe de mots situé après le verbe.

Exemple : Ce sont eux qui les ont conduits. Oui, c’est bien nous qui les avons conduits.

Généralement, le verbe être s’accorde avec le sujet apparent ‘ce’.

Exemple : Ce n’est pas moi, mais c’est lui qui a mangé tout le chocolat. C’est vous qui avez commencé. Est-ce toi qui as crié ?

Cependant, dans le cas où le sujet réel (faisant réellement l’action) est un nom ou un groupe nominal de la troisième personne du pluriel, alors le verbe être s’accorde avec son sujet réel à la troisième personne du pluriel, sauf dans certains cas (voir ci-dessous).

Exemple : Ce sont tes parents au téléphone.

Dans la langue parlée, il peut parfois être admis d’accorder le verbe avec le sujet apparent ‘ce’ lorsque le sujet réel est ‘eux‘ ou ‘ceux‘ ou bien une énumération pourtant à la troisième personne du pluriel.

Exemples : Ce sont toujours eux qui font du bruit. Dans la langue parlée, il peut parfois être admis de dire : C’est toujours eux qui font du bruit.

Quels sont vos loisirs préférés ? Pour moi, ce sont le tennis et la natation. Dans la langue parlée, il peut parfois être admis de dire : Pour moi, c’est le dessin et la musique.

Quelques expressions ont tendance à rester de plus en plus souvent au présent (exemple : qui paiera la facture ? C’est moi ! au lieu de ce sera moi !). Enfin, quelques expressions sont figées par l’usage : si ce n’est, si ce n’était, n’est-ce pas, est-ce que, serait-ce, fût-ce, c’est-à-dire…

Prince Grand maître Répondu le 27 avril 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.