Houellebecq

je n’ai plus  le titre du livre en tête , mais êtes vous d’accord avec cette phrase
de  H. Houellebecq.

Ces gens qui acceptent après leur mort de donner leur corps à la science.
Leur mort  ça passe mais ,
acceptent de donner leur corps , il y a plusieurs corps non ? Se sont des gens qui donnent leurs corps
pas un être seul ?Mon doute viens de ( ces gens )ces corps à la science . en tout cas si je me trompe le pluriel
n’est pas faux il me semble . Ou alors houellebecq a raison un individu donne une chose propre a lui , d’où le singulier.
Cordialement.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Non, le pluriel n’est pas « faux ». C’est juste un peu moins intuitif.
Chacun donne son unique corps à la science, d’où le singulier. Mais s’ils se mettent d’accord avant et signent une charte commune, alors on peut penser qu’ils donnent collectivement tous leurs corps.
Au total, vous écrivez ce que vous voulez : l’essentiel est de bien assumer ce que vous choisissez.

Chambaron Grand maître Répondu le 15 juin 2016

Chambaron vous maniez le français comme Bruce Lee le Karaté ,chapeau bas Monsieur.

Estudiantin Maître Répondu le 15 juin 2016

C’est gentil votre coup du chapeau ! Cela me rappelle indirectement un film de James Bond , avec un méchant qui exécute ses victimes du tranchant d’acier de son haut-de-forme.

La langue française a la souplesse du fleuret et la dureté de l’épée : son bon maniement demande quelques années d’apprentissage…

le 15 juin 2016.

Oui moi qui ai arrêté l’école à quinze ans incapable de faire la différence entre  un adverbe et un adjectif je commence enfin
à comprendre le sens des mots . Vous chambaron vous avez la rondeur et l’humour d’un Diderot , un Maître quoi…

le 15 juin 2016.

Bonjour.
Voici l’avis de l’Académie, qui confirme, bien sûr, ce qu’a dit Chambaron :
« Leur chapeau ou leurs chapeaux ? 
L’usage des meilleurs auteurs hésite entre le singulier et le pluriel (pour le nom et pour le possessif) lorsqu’un nom désigne une réalité dont plusieurs « possesseurs » possèdent chacun un exemplaire : on considère tantôt l’exemplaire de chacun, tantôt l’ensemble des exemplaires. Ainsi : « Mes compagnons, ôtant leur chapeau goudronné […] » (Chateaubriand) ; « Les deux lords […] ôtèrent leurs chapeaux » (Hugo) ; « trois avaient déjà retrouvé leur femme » (Chamson) ; « deux de mes amis et leurs femmes » (Arland). »
Cordialement.

PhL Grand maître Répondu le 19 juin 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.