Futur ou conditionnel ?

Bonjour,
Cette phrase me provoque de la confusion : « Un jour, je le reverrai, et cette fois-ci, je le lui dirai. » Je ne sais pas s’il faut utiliser le futur simple ou le conditionnel présent. D’une part, « je le reverrai » se voit comme une éventualité, alors il faut le conditionnel ; d’autre part, « je le lui dirai » se voit comme une promesse à soi-même, une action certaine. Qu’en pensez-vous ?

Tarek97 Érudit Demandé le 9 janvier 2018 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Vous ne diriez pas : « Un jour, il le reverrait » mais « Un jour, il le reverra ». C’est donc clairement le futur qui est requis.

En passant, la virgule avant le « et » est fautive. Mais elle est nécessaire avant « cette ». En français (contrairement à l’anglais), on ne met pas de virgule avant les conjonctions de coordination (sauf volonté rare de faire un effet de style particulier et, dans ce cas, on utilise plutôt un tiret). Quant à « cette fois-ci », il s’agit d’un membre de phrase déplacé de sa position « normale » dans la phrase (« et je le lui dirai cette fois-ci ») et doit donc être encadré par deux virgules.

Donc, en résumé : « Un jour, je le reverrai et, cette fois-ci, je le lui dirai ». Ou bien (effet recherché) : « Un jour, je le reverrai – et, cette fois, je le lui dirai ».

jbambaggi Grand maître Répondu le 9 janvier 2018

Sans condition particulière, il s’agit d’un futur simple. Je le reverrai demain.
Pour le conditionnel, il faudrait préciser :
Je le reverrais s’il venait à Paris.
Si je le voyais, je lui dirais toutes mes peines.

Voici pour être un peu complet, les emplois du conditionnel : 

le conditionnel présent. Il peut servir à :

. Donner une information incertaine, non confirmée.
D’après moi, il serait sur le point de partir.
.
Exprimer un futur dans le passé
Il dit (présent) qu’il viendra (futur) avec nous.
Il a déclaré (passé) qu’il viendrait (conditionnel) avec nous.
.
Faire des hypothèses, exprimer une éventualité
Travailler dans le secteur médical me conviendrait.
.
Demander poliment, proposer, exprimer un souhait, conseiller
Pourriez-vous m’indiquer l’heure, s’il vous plaît.
J’aimerais beaucoup faire du cheval.

joelle Grand maître Répondu le 9 janvier 2018

Sur le conditionnel. Vous dites : « D’une part, « je le reverrai » se voit comme une éventualité, alors il faut le conditionnel « . Vous pourriez (conditionnel…) dire cela de n’importe quel verbe mis au futur puisque le futur est toujours… conditionnel.
Je ne sais pas dans quel contexte vous voulez employer votre phrase mais, comme je vous l’ai suggéré dans mon premier post, remplacez la première personne du singulier par la troisième  puisque, à l’oreille, dans ce cas, on ne peut plus confondre. Ne trouvez-vous pas que, toute seule, la phrase « Un jour, il le reverrait » serait au moins surprenante ? Mais peut-être votre citation n’est-elle pas complète ?

Sur l’emploi de la virgule. Il est certain que, si vous mettez une virgule avant « cette fois-ci », la ponctuation n’est plus fautive. Mais reconnaissez qu’on rencontre bien trop souvent cette virgule déplacée avant la conjonction, comme vous l’aviez fait d’ailleurs. Et, cela, c’est fautif.

Peut-on mettre une virgule avant une conjonction de coordination ? Oui… mais avec une intention bien particulière. J’avais écrit : « sauf volonté rare de faire un effet de style particulier et, dans ce cas, on utilise plutôt un tiret » . Evidemment, devant Flaubert, on ne peut que s’incliner… mais je serais curieux de connaître l’ensemble du paragraphe dans lequel s’insère cette citation. La virgule avant une conjonction de coordination n’étant pas nécessaire (cela ferait doublon), elle doit traduire une volonté de souligner, d’insister. C’est pourquoi, dans ce cas, j’utilise plutôt un tiret.

jbambaggi Grand maître Répondu le 9 janvier 2018

Pour la réponse de jbambaggi, je ne vois pas de problème en mettant une virgule avant le « et » mais dans la phrase que j’ai écrite, j’aurais dû en mettre une après. Voici une phrase écrite par Gustave Flaubert : « Un peu plus tard, elle prit Loulou, et, l’approchant de Félicité… » Quel est l’effet de style dans ce cas ?

Pour la réponse du grand maître joelle, c’est vrai qu’il n’y a pas de condition dans la phrase, mais je pense que ce n’est pas suffisant pour savoir quel temps choisir, on peut utiliser le conditionnel aussi pour exprimer une supposition : « J’ai entendu dire que Sylvain aurait une nouvelle voiture », « demain, il pleuvrait ».

Tarek97 Érudit Répondu le 9 janvier 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.