Fut ou furent ?

Répondu

Bonjour !
J’écrivais un texte, et l’une phrases était « la première chose qu’elle vit furent les yeux bleus ». Une amie m’a corrigée en disant que l’accord du verbe se fait avec « la première chose » et que la phrase doit donc être « la première chose qu’elle vit fut les yeux bleus ».
Pour ma part, je trouve que ça sonne bizarre à l’oreille, encore plus si je mets la phrase au présent (la première chose qu’elle voit est les yeux bleus…). De plus, je pensais que ça marchait comme pour « ce sont les vacances ». Mon amie m’a alors dit que ce serait le cas si j’avais écrit « la première chose qu’elle vit, ce furent les yeux bleus ».
La plupart de mes connaissances s’accordent à dire que le verbe doit donc être au singulier. Mais une autre amie à contacté un parent prof en fac de lettres qui lui a dit que c’était bien « furent ».
Du coup, qui a raison ? Est-ce fut ou furent ? Pourquoi ? Quelle est la règle ?

Tatsu Débutant Demandé le 11 octobre 2016 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour,
Le sujet du verbe semble bien être « la première chose » , le verbe être est ici un verbe d’état (ou une copule) et « les yeux bleus » l’attribut du sujet (« la première chose » et les « yeux bleus » représentent un seul et même élément).
On accorde en général le verbe avec le sujet (qui le précède). La première chose (qu’il vit) fut les yeux bleus.

Ce qui gêne dans votre phrase, c’est que l’un et l’autre sont deux groupes nominaux qui n’ont pas le même nombre….
Ici, on peut dire : Ce sont les yeux bleus qui sont la première chose qu’il vit, mais pas, c’est la première chose qu’il vit qui sont les yeux bleus.  D’où l’on peut conclure que le sujet réel est le groupe nominal « les yeux bleus ». Et accorder avec lui :
La première chose (qu’il vit) furent les yeux bleus.

Vous trouverez d’autres exemples ou méthodes pour distinguer le sujet réel et l’attribut ici: : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=4462

 

Evinrude Grand maître Répondu le 11 octobre 2016

Le malaise de votre phrase est plus syntaxique que grammatical.
La reprise d’un groupe nominal, surtout complexe (ici avec une relative) s’accompagne très souvent de l’introduction d’un pronom comme C‘, cela, etc. avant le verbe.
— L’important c’est d’aimer (ou la rose…) ;
— Le plus beau de tous les tangos du monde, c’est celui que j’ai dansé dans tes bras ;
— La matière qu’elle préfère, c’est la ouate.
Vous pouvez certes techniquement enlever ledit pronom, mais la phrase en est parfois blessée et il faut une bonne raison (nombre de pieds dans un vers ?) pour s’en priver.

Bien entendu, s’il y a conflit en nombre entre les sujets apparent et réel, comme dans votre exemple, le procédé devient presque obligatoire. Il vaut donc mieux privilégier : « La première chose qu’elle vit, ce furent les yeux bleus », tel que cité d’ailleurs dans votre question.
« Le fondement de la religion chrétienne, ce sont les quatre évangiles. »

Chambaron Grand maître Répondu le 12 octobre 2016

La meilleure façon de résoudre le problème, c’est en effet la vôtre.

le 12 octobre 2016.

😉

le 12 octobre 2016.

[La première chose qu’elle vit] fut/furent [les yeux bleus].

Doit-on voir le schéma :

[sujet] [verbe] [attribut]

ou

[attribut] [verbe] [sujet]
(inversion poétique)

Je dirais que les deux sont possible, mais compte-tenu de la nature sentimentale des propos, j’opterais pour la forme poétique, c’est-à-dire la seconde

Le verbe doit s’accorder avec le sujet, ainsi on utilisera « furent » qui s’accorde avec « les yeux bleus ».

(J’attends de voir les réponses des experts.)

JackIsJack Maître Répondu le 11 octobre 2016

Attention Jacklsjack, être est un verbe attributif, il ne se construit pas avec un complément d’objet.

le 11 octobre 2016.

Oups. Merci. C’est réparé.

J’espère alors que je ne confonds pas : « Inversion poétique » et « Style de Yoda »

Plein de doutes je suis.

le 11 octobre 2016.

Je dirais que les deux sont possible, mais compte-tenu
Je dirais que les deux sont possibles, mais compte tenu

le 12 octobre 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.