Fut ou furent?

Bonjour,

J’hésite toujours pour l’accord du verbe dans une phrase comme celle-ci :

« Ce qu’elle préféra fut (ou furent?) les longues soirées passées à discuter)

Je suis tentée par « fut » puisque le sujet est  » ce qu’elle préféra ».
Ai-je tort?

Merci mille fois de votre réponse.

Calou Érudit Demandé le 20 septembre 2019 dans Conjugaison
Ajouter un commentaire
3 réponse(s)
 

En réalité, pour définir le sujet d’un verbe, on pose la question « Qui / quoi ? »
Qui préféra ? « Elle« , qui est donc le sujet du verbe.

Cela dit, je pense que les deux tournures sont correctes. Transposons au présent :
Ce qu’elle préfère, c’est les longues soirées…
Ce qu’elle préfère, ce sont les longues soirées… (langage plus soutenu)

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 20 septembre 2019

En effet, on se trouve devant le choix courant entre « c’est » et « ce sont ».
Il serait plus logique de considérer que « ce »  étant neutre, on le garde au singulier (on dit : c’est nous, c’est vous, et non ce sommes nous ni c’êtes vous) mais l’usage en décide autrement si bien qu’avec un attribut pluriel autre que ces pronoms personnels -nous et vous- on peut choisir entre c’est/c’était/ce fut/ce sera/etc et ce sont/c’étaient/ce furent/ ce seront/etc.

le 22 septembre 2019.

Tara,
Je n’ai pas très bien compris votre « logique » (???) avec « ce sommes nous / c’êtes vous « …
Et surtout, je ne comprends pas pourquoi vous venez écrire en commentaire de ma réponse…

le 22 septembre 2019.
Ajouter un commentaire

La question posée est : fait-on l’accord avec le sujet « les longues soirées » ou « l’attribut » « ce qu’elle préfère », les deux étant reliés par le verbe « être ». 
Pour trouver une solution, il faut se demander quel est le sujet en posant la question : qui est ce qui  est ce qu’elle préfère ?
Les longues soirées d’hiver sont ce qu’elle préfère.

JE MODIFIE MA RÉPONSE : 
En fait, les deux syntagmes peuvent être permutés : 
Ce qu’elle préféra fut  les longues soirées passées à discuter. 
Les longues soirées passées à discuter furent ce qu’elle préféra.

Dans Grevisse, il y a cet exemple : Paris est la capitale de la France. 
On peut « permuter » mais le sujet est bien Paris (qui est-ce qui est la capitale de la France ? C’est Paris)
On ne pourrait pas dire : C’est la capitale de la France qui est Paris. Capitale de la France est bien attribut. 

Bref, j’y verrai peut-être plus clair demain matin mais je pense que vous pouvez utiliser les deux phrases en gras sans aucun problème.

joelle Grand maître Répondu le 20 septembre 2019
Ajouter un commentaire

Je vous remercie pour vos réponses.
Belle journée.

Calou Érudit Répondu le 21 septembre 2019
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.