Formulation correcte ? Concordance des temps

Bonsoir,

J’étais en train de répondre à un client quand soudain, le doute m’assaillit et m’empêcha d’avancer.
Mon souci ? Cette phrase : « si vous nous dites que les choses ont évolué et que la clause bloquante n’a plus cours, alors faisons un call de reprise comme vous le suggériez ».

Est-ce que la concordance des temps vous semble respectée ?

Autre question (j’en profite) =>  Je lisais il y a peu le journal de bord numérique d’un « explorateur ». J’ai bloqué sur cette phrase : « Cela m’a profondément choqué. C’est un peu comme si je pénétrais dans un sanctuaire, brisais sans le vouloir une relique ancienne et que la conclusion qu’en tireraient mes collaborateurs serait que je suis dénué de tout respect pour l’œuvre que je défends au quotidien. Pour une maladresse. Une relation réduite à une erreur »

Le passage en question n’a pas grand intérêt mais je me l’étais griffonné néanmoins car il me semblait syntaxiquement « étrange ».  Le double conditionnel (tireraient … serait) me semble peu intuitif mais je n’arrive pas à déterminer s’il s’agit d’un emploi fautif ou juste d’une lourdeur à l’oreille.

Merci pour vos réponses et avis éclairés.

Blaugrana666 Membre actif Demandé le 2 juillet 2021 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Merci Joëlle ! 🙂

Prince Grand maître Répondu le 3 juillet 2021

Bonsoir,

Remplacer « call ».

Prince Grand maître Répondu le 2 juillet 2021

… si vous nous dites (présent = aujourd’hui) que les choses ont évolué (passé composé) et que la clause bloquante n’a plus cours (présent), alors faisons un call de reprise comme vous l’avez suggéré.
==> je remplace l’imparfait par le passé composé pour suggérer ; l’imparfait exprimant une habitude dans le passé ou une action non terminée dans le passé.

Le passage que vous citez est un peu lourd en effet.  A quoi est rattachée la subordonnée avec un quadruple que : « que la conclusion qu’en tireraient mes collaborateurs serait que…que je suis dénué….que je défends ? C’est difficile à suivre et le double conditionnel, s’il n’est pas fautif n’allège pas vraiment.
tirer une conclusion est redondant .

joelle Grand maître Répondu le 2 juillet 2021

Bonjour,

Merci à tous pour vos réponses.

Je vous prie de m’excuser @Prince, le terme « call » est malheureusement le seul usité dans le secteur où j’évolue. Les termes équivalents en français ne sont jamais utilisés, je ne me rends même plus compte de cette faute de langage (ce qui en soi n’est pas une excuse valable je le concède).

@Joelle => merci pour votre retour, simple et clair. Je ne sais pas pourquoi j’ai bloqué sur une phrase aussi anecdotique, ma foi cela arrive.
Concernant le second passage, je ne retrouve plus la source hélas donc compliqué de vous contextualiser davantage les choses. Je suis en revanche étonné par votre conclusion (sic) => « tirer une conclusion » offre donc une redondance ? Je connais les pléonasmes les plus classiques (monter en haut, mauvaise orthographe, faux prétexte …) mais je ne sais pas si vous parlez de la même chose.

Merci encore

Blaugrana666 Membre actif Répondu le 3 juillet 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.