Fonction des expansions du nom

Bonjour.

J’ai une question concernant les expansions du nom et leurs fonctions.

1) Groupe preposisionnel : complément du nom
2) adjectif : épithète
3) PSR : ?

Jusqu’à présent je pensais que la fonction était complément de son antécédent. Or, dans la terminologie de 2021 je ne vois pas cette notion mais uniquement celle d’epithète.

Ne devons-nous donc plus utiliser la notion de « complément de son antécédent » ?

Merci

TORI77 Membre actif Demandé le 14 février 2022 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Je ne pense pas que la PSR soit épithète, mais complément de l’antécédent, c’est le nom commun.

https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-55718.php

Exemple : La chienne qui est blessée est allée chez le vétérinaire.

La proposition subordonnée relative complète l’antécédent (=le nom qui est avant).

La PSR débute toujours par un pronom relatif: qui, que, quoi, dont, où, lequel, laquelle, lesquels, duquel, etc.

Ce pronom relatif remplace l’antécédent.

adjectif épithète liée : : Une grande statue.
ou
détachée : Cet élèverespectueux, a insulté un camarade.

joelle Grand maître Répondu le 14 février 2022

Une proposition relative qui est expansion du nom est complément du nom (de l’antécédent du pronom relatif).

Tara Grand maître Répondu le 14 février 2022

Bonjour,

1 – Les propositions subordonnées relatives n’ont pas toutes un antécédent, et par conséquent n’ont pas toutes la fonction de complément de l’antécédent. Certaines sont « substantives » (1), d’autres « périphrastiques » (ou « semi-substantives ») (2) :

(1)

Qui vivra verra > fonction sujet.

Embrassez qui vous voudrez > fonction COD.

(2)

Il sait ce qu’elle veut > fonction COD.

Ce qu’il veut ne se refuse pas > fonction sujet.

(On peut voir d’autres fonctions, par exemple ici et .)

 

2 – Les propositions subordonnées relatives compléments d’un antécédent peuvent être :

a) épithète liée
Les élèves qui sont punis restent dans la classe.

b) épithète détachée ou apposée (selon les grammairiens et selon la conception restreinte ou étendue de la fonction « apposition »)
Les élèves, qui sont punis, restent dans la classe.

c) attribut
— du sujet : Marie est là qui chante .

— de l’objet : Je l’entends qui chante.

 

(Je ne garantis pas l’exhaustivité de cette présentation. Par ailleurs, tous les linguistiques n’acceptent pas l’analyse en attribut, mais il me semble que cette analyse est retenue par les grammaires scolaires.)

phil-en-trope Grand maître Répondu le 14 février 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.