Finito

Décès est présenté comme le synonyme politiquement correct, si cette locution a un sens, de mort.  Quelle différence fait le bon usage entre ces deux noms ?

Décès n’est pas une locution, c’est un mot.

le 16 mars 2016.
5 réponse(s)
 

« Décès » est plutôt employé dans le langage administratif ou juridique, et ne peut s’appliquer qu’à une personne (pas à un animal ou à une plante). Sur les différences de niveau de langage ou de « politiquement correct », je ne saurais pas dire…

Vlavv Maître Répondu le 16 mars 2016

Bien que ce  site ne soit pas un lieu de débat, il n’est pas inconvenant de présenter des points de vue sur des questions de langue parfois potentiellement polémiques.

Il y a bien à mon sens une dérive de la langue courante, particulièrement sous l’influence des médias et des politiciens, vers une catégorie de mots que je qualifierais de « passe-partout ». C’est la matière première de la langue de bois et de l’enfumage journalistique. Leur caractéristique commune est de tuer à petit feu leurs synonymes alors ressentis comme agressifs, déplacés ou contestables. Dans beaucoup de cas, l’excuse est administrative, juridique, scientifique ou… publicitaire.

Les exemples sont si nombreux et dans tant de domaines :
— Sans-abri pour clochard, miséreux, gueux, chemineau ou nécessiteux ;
— Hôtesse de caisse pour caissière ;
— Gens du voyage pour bohémiens, tziganes, gitans ;
— Mal-voyant pour aveugle, myope, presbyte, borgne ou bigleux ;
— Pays émergent pour pays en voie de développement, lui-même passe-partout de pays du tiers-monde, héritiers des ex-colonies ;
— Délinquant pour voyou, galopin, garnement, chenapan ;
— Et sans doute décès/décédé pour mort, n.f. / n.m., qui sonne tellement mieux que trépas/macchabée.

Heureusement, il nous reste les engueulades en famille, des poèmes sous le manteau et les romans de L.-F. Céline…

P.S. Commentaires sur ma réponse non grata. Publiez vos propres réponses directement à l’emplacement ad hoc.

Chambaron Grand maître Répondu le 17 mars 2016

Je suis bien d’accord.

le 17 mars 2016.

Décès a toujours été synonyme de mort, au même titre que trépas, fin, perte…
Il ne se présente pas comme « politiquement correct », tendance qui (selon moi) ne devrait pas exister.
En revanche, les euphémismes existent, ils permettent de nuancer, d’atténuer :
« J’ai assisté à la fin (au départ) de mon ami ».
L’expression est moins brutale (?) que la mort, laquelle est plus chargée d’émotions (à voir). Mais tout ceci est très personnel et relève d’un débat plus large. Heureusement, la langue nous permet le choix des mots et ces choix sont révélateurs.
Pour ma part, je préfère les termes précis depuis que j’ai entendu, enfant, une dame éplorée évoquer le « départ » de son époux (depuis qu’il est parti…). J’ai attendu qu’elle soit hors de portée pour demander à ma mère : « Il est parti où ? »
Bien sûr, il était mort… Le départ est moins douloureux, il laisse entrevoir une extinction mineure….une vie après. Bref, il permet de rassurer ceux qui restent.

joelle Grand maître Répondu le 16 mars 2016

1. Décès est utilisé dans les medias pour remplacer le mot de mort et je pars de cette constatation pour demander si la langue littéraire fait une différence entre ces deux mots.
2. Sur les euphémismes je suis forcément d’accord, vous aimez renseigner sur des choses qu’on ne demande pas, en évitant la question principale 🙂
3. Nous sommes nombreux à savoir que décès n’est pas une locution.  Le problème n’est pas là, je pense.

NicolasMessina Érudit Répondu le 16 mars 2016

Merci pour votre gentillesse, elle me fait extrêmement plaisir !
A la question principale, j’ai répondu que c’était un synonyme. Donc avec les nuances et les emplois précis de chaque mot : en effet, même des mots synonymes ne sont pas interchangeables.
Sur le politiquement correct, vous l’évoquez aussi, donc je peux réagir en vous signalant que cette « idéologie » est à manier avec précaution et qu’elle nous met souvent en porte-à-faux avec le sens des mots.
Vous pouvez consulter le CNTRL comme un grand afin de mener votre propre étude.

Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales 
www.cnrtl.fr/

le 17 mars 2016.

Vlavv, merci beaucoup, vous me donnez la réponse que je cherchais. (Je ne peux pas choisir la meilleure réponse pour des raisons techniques.)

Merci à Chambaron pour les exemples, à part les gens du voyage, car les tziganes ont une culture ; gens du voyage concerne je pense une situation sociale. On peut lire LQR de Hazan, qui parle de l’usage du mot décès, m’ayant inspiré la question initiale.

NicolasMessina Érudit Répondu le 18 mars 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.