fils et… fils

Bonjour,
Comment est-on censé expliquer à quelqu’un (nouvelle personne qui parle français, IA…) quand prononcer « fils » (pères) et « fils » (de fer) ?
Au singulier, c’est facile, c’est « fils » (père), mais au pluriel ? Y a-t-il d’autres éléments que le contexte ?
Encore, « couvent » (nom) et « couvent » (verbe), par exemple, c’est simple : un verbe et un nom, mais là…

Merci !

francais Grand maître Demandé le 17 février 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Question intéressante car inédite sous cette forme.
S’il n’y a pas de contexte (verbal ou par commentaires), la seule solution me semble être d’utiliser l’alphabet phonétique. C’est facile à mettre en forme et international.
Vous pourrez ainsi écrire : « Les poules du couvent [kuvɑ ̃] couvent [ku:v]. » « J’ai coupé les fils [fil] dépassant des coutures de la veste de mon fils [fis]. »
La notation entre crochets indique à elle seule la graphie en phonétique. On la trouve dans les ouvrages  de langue les plus courants.
Cela représente fidèlement la prononciation et est normalement accessible à tout élève en F.L.E. (français langue étrangère) ou à une I.A. (intelligence artificielle).
Cela concerne, selon mes propres données, une petite centaine de mots (en -ctions, -ent et quelques divers) qualifiés d’homographes non homophones.

Chambaron Grand maître Répondu le 18 février 2021

Merci beaucoup !

le 18 février 2021.

Très bien. Cette approche est valable pour de nombreux autres sujets mais on l’oublie souvent…

le 18 février 2021.

Jacour a raison ; il y a des homonymes en français comme dans d’autres langues.
Vous devez sensibiliser votre élève : à / a où/ ou ni/ n’y etc.
Mère/mer/maire

Fils : il y a un père (filiation)
Fil (s) : autre contexte (filaire).
Entre(), la famille de mots qui peut vous aider à vous repérer.

joelle Grand maître Répondu le 17 février 2021

Oui, effectivement, c’est aussi le cas pour mer, mère, maire, mais moins pour « à / a où/ ou ni/ n’y » car ils ne sont pas de même nature grammaticale…
Merci !

le 17 février 2021.

En effet, homonymes lexicaux et grammaticaux peuvent être distingués.

le 17 février 2021.

Bonsoir,

Ces deux mots ne sont pas des homophones : ils se distinguent aussi (en plus du sens) par la PRONONCIATION :

un fil de fer : fil se prononce  comme il s’écrit : FIL
le fils de son père : on ne prononce pas le L ; on prononce FIS   
Au pluriel, la prononciation est la même : les fils de fer ==> FIL. 
Les fils Durand ==> FIS

Ces deux mots ne sont ni des homographes au singulier (= car ils ne s’écrivent pas pareil) ni des homophones (car ils de prononcent  différemment), ni des homonymes (paire, père et pair sont des homonymes).    Tout au plus ils sont des paronymes partiels (au singulier, ils  s’écrivent ou se prononcent presque de la même façon, comme crème et crime, cultuel et culturel, cousin et coussin).

La graphie ou la prononciation sont très proches (au pluriel, leur écriture est même identique), de sorte qu’ils peuvent être confondus à la lecture ou à l’audition. Il s’agit donc d’une homophonie proche ; on pourrait dire également qu’il s’agit d’une homonymie approximative.

On peut donc (en plus du sens et du contexte) les distinguer par leur écriture ou leur prononciation. 

Prince Grand maître Répondu le 17 février 2021

Oui, tout à fait, mais ma question demandait comment expliquer lequel prononcer…

le 17 février 2021.

Quant à moi, je me suis toujours bien gardée de rapprocher les homonymes.
Le faire, c’est la meilleure façon de semer la confusion dans les esprits. Je sais bien que la plupart des ouvrages scolaires le font; mais il a été démontré que l’effet obtenu va à l’encontre de l’objectif.
Il se trouve justement que la plupart des homonymes se rencontrent dans des contextes différents qui, si on ne s’amuse pas à les rapprocher artificiellement, suffisent pour qu’on les identifie.
Pour ce qui concerne les homonymes grammaticaux, ils appartiennent généralement à des classes différentes. « à » préposition et « a » 3e personne su singulier du verbe « avoir » – ni conjonction et n’y contraction de la négation et du pronom adverbial, etc.

Tara Grand maître Répondu le 18 février 2021

Le contexte.

jacour Érudit Répondu le 17 février 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.