Fait écho

Répondu

Bonsoir,
Est ce que l’expression « fait écho  » désigne une réaction immédiate ou elle n’a pas de rapport avec la notion du temps? Par ailleurs, est ce qu’elle est juste si elle fait allusion à qqch sans constituer une réponse à proprement parler ? Par exemple : Un locuteur A qui adresse une mise en garde à un Auditeur B concernant une affaire de corruption C (qui a eu lieu 2 ans auparavant). Dans ce cas est ce qu’on peut dire que cette mise en garde fait écho à une affaire de corruption

Anaislyd Amateur éclairé Demandé le 30 janvier 2021 dans Question de langue
3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Non votre proposition n’est pas bonne, dans la mesure où « faire écho »  implique une idée de répercussion.
Dans votre cas, je vous suggère « Cette mise en garde fait référence / fait allusion à une affaire de corruption.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 31 janvier 2021

Je ne suis pas d’accord avec votre interprétation et votre utilisation mais je sais que vous doutez car vous nous questionnez ; je vous reproduis les définitions de Larousse :
Echo (sens propre) : Effet d’une onde acoustique qui parvient à un point donné, après réflexion, avec une intensité et un retard suffisants pour être perçue comme distincte de l’onde directe par un auditeur placé en ce point.
Sens figuré : Ce qui reproduit ou rappelle quelque chose ; trace, marque : On retrouve dans ce film un écho des préoccupations de l’époque.

Se faire l’écho de quelque chose, l’accueillir favorablement et le répéter, le propager.

joelle Grand maître Répondu le 30 janvier 2021

« Faire écho à » ne suppose pas une réaction immédiate. Mais cette loc. a un rapport avec la notion de temps en ce sens qu’on ne peut faire écho qu’à ce qui a déjà eu lieu.

Ce n’est le temps écoulé depuis l’affaire de corruption (2 ans) qui m’embarrasse, c’est le sens de faire écho à qui me paraît ne pas bien convenir.
TLFI : Faire écho à. Répondre à. Loin de s’y perdre, elle y trouve une ampleur jamais connue encore, comme si tout l’univers faisait écho à sa confidence (GUÉHENNOJournal « Révol. », 1938, p. 189). D’autres, faisant écho à des appels parisiens ou à des voix alsaciennes, se sont lancés les yeux fermés dans l’activité poétique (NIZANConspir., 1938, p. 76).

Fait suite à  me paraîtrait mieux  convenir.

Et puis si on est dans une procédure pénale, il y a des termes spécifiques à employer.

Prince Grand maître Répondu le 30 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.