être l’égal de…

Bonjour,

 

Ce matin, je lis trois, quatre fois « la femme est l’égale de l’homme »… et cela me paraît bizarre. J’aurais plutôt écrit : « la femme est l’égal de l’homme ». Tout comme j’écrirais : « les chiens sont l’égal des chats ».

Mais à voir tant de monde l’écrire différemment… Je doute.
J’ai cherché ici et là une règle qui me dirait si dans l’expression « être l’égal de », égal s’accorde avec le sujet du verbe être, ou avec ce à quoi le sujet est égal, ou bien si égal ici ne s’accorde jamais.

Et je ne trouve rien sur cette expression.
Donc je viens chercher votre aide afin de pouvoir écrire correctement ma phrase et que mon orthographe soit :

  • l’égal
  • l’égale
  • ???

de celle des meilleurs d’entre vous.

 

Merci !

Nann Débutant Demandé le 17 octobre 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Bonjour,

II.− Substantif

A.− Personne, chose qui ne présente pas de différence qualitative, de différence de valeur avec une autre. Cette conscience (…) sans laquelle l’immortalité serait pour nous l’égale de la mort (Maeterl., Av. gd. sil.,1934, p. 16):

18. D’avoir entendu quinze ans durant sa mère vanter le bonheur idyllique des cultivateurs des vieilles paroisses, Maria (..) savait (…) qu’aucun des jeunes gens riches de Saint-Prime (…) n’était l’égal de François Paradis avec ses bottes carapacées de boues et son gilet de laine usé. Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 50.
Rem. L’accord du substantif se fait avec le 1erou le 2eterme de la locution.

Vx. Marcher l’égal de qqn ou de qqc. Être l’égal de quelqu’un ou de quelque chose :

20. Je suis en admiration continuelle devant le mérite de tous ces-messieurs-là; et, quand je pense qu’avec de la mémoire peut-être aurais-je pu marcher leur égal, je ne me console pas d’en être privé. Jouy, L’Hermite de la Chaussée d’Antin,t. 2, 1812, p. 147.[Avec un compl. prép. qui précise en quoi une pers. ou une chose est l’égale d’une autre] Sur la différence du génie français et du génie italien dans les arts : le premier marche l’égal du second pour l’élégance et le style, au temps de la Renaissance (Delacroix, Journal,1852, p. 495).[Avec un compl. prép. qui précise en quoi une pers. ou une chose ne présente pas de différence qualitative, de valeur avec une autre] Ce château (…) de Joinville (…) devenu (…) l’égal en splendeur de Vaux-le-Vicomte (France,Lys rouge,1894, p. 23).Le vicomte Olivier, qui passait sa vie (…) chez les (…) financiers israélites, n’avait pas son égal pour l’emportement des discours contre eux (De Vogüé, Morts,1899, p. 421).Spéc. Personne qui ne présente pas de différence de droits avec une autre. Il [le socialisme] proclame le droit de la femme, cette égale de l’homme (Hugo, Actes et par., t. 2, 1875, p. 470):
21. Ne t’imagine pas, parce que tu es boursier, devoir rien à personne. Tu es l’égal de tous; fais-le sentir aux camarades riches, en les dédaignant. Giraudoux, Simon le Pathétique,1926, p. 8.

http://www.cnrtl.fr/lexicographie/%C3%A9gal

 

 Dans  le  journal Le Monde daté du 11 mars 1983, Françoise Giroud disait, non sans intention provocatrice :
« La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. »

czardas Grand maître Répondu le 17 octobre 2015

Avec le premier ou le deuxième terme de la locution…

Donc on peut écrire comme on veut au final, si je comprends bien ?

Nann Débutant Répondu le 17 octobre 2015

La remarque du Tlfi
Rem. L’accord du subst. se fait avec le 1erou le 2eterme de la locution
concerne l’expression n’avoir d’égal que.
Selon Hanse, égal peut alors rester invariable, s’accorder avec le sujet de avoir ou le second terme du rapport.

Dans l’expression être l’égal de..., égal, attribut du sujet, s’accorde avec le sujet.

Nanou0 Maître Répondu le 17 octobre 2015

Merci Nanou0, c’est déjà plus clair.

Nann Débutant Répondu le 17 octobre 2015

Je reviens sur cette question, confronté à un dilemme :

Si je m’en tiens à ce que dit Nanou0, à savoir que dans l’expression être l’égal de… égal s’accorde avec le sujet, que se passe-t-il dans la phrase maintes fois entendue dans un documentaire sur l’égalité homme femme (« Le travail a-t-il un sexe »)
les femmes sont l’égal des hommes ?

Selon moi, soit cette phrase n’est pas correcte, et peut-être faudrait-il écrire :
les femmes sont les égales des hommes,  ou la femme est l’égale de l’homme,
soit l’on considère que les femmes, (au même titre que la femme en tant qu’entité représentant l’ensemble des femmes) sont l’égal des hommes, égal prenant ici un sens large et universel ?

Merci pour vos commentaires à venir qui me seront précieux.

Phil83 Débutant Répondu le 21 juin 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.