Est-ce que ça se dit je n’avalerai jamais l’amertume

Répondu

Je n’avalerai jamais l’amertume de la Partition Inde-Pakistan (1947) : 10 millions de réfugiés déplacés, près d’un million de morts dans des massacres inhumains. « Même les fruits sur les arbres avaient un goût de sang

Minouche Maître Demandé le 28 août 2020 dans Question de langue
3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Personnellement, je ne le dirais pas. On n’avale pas de l’amertume. On peut dire que tel événement a créé de l’amertume ou a rendu …amer -amère.

joelle Grand maître Répondu le 28 août 2020

Un petit peu.
… quand même..

Prince Grand maître Répondu le 29 août 2020

Bonsoir Minouche,

RAVALER
On dit Ravaler son amertume, sa colère,  son dégoût, etc., dans le sens de « empêcher de s’exprimer son amertume », etc. 

AVALER

Fig. Dissimuler. Avaler sa rage, ne pas l’extérioriser ; dissimuler l’indignation, la colère que l’on éprouve.

© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française

Ces deux verbes sont appropriés. Je n’avalerai jamais l’amertume de la Partition…  = Je ne dissimulerai jamais l’amertume…
Je ne ravalerai jamais l’amertume de la Partition… = Je n’empêcherai jamais de s’exprimer l’amertume de la Partition…

Prince Grand maître Répondu le 28 août 2020

Si la formulation : avaler son amertume est apparemment correcte, elle s’applique avec un possessif attaché à un individu. Toutefois, « avaler l’amertume de la partition  » me paraît quand mal dit.

le 29 août 2020.

Oui. Ou alors on a affaire à un style décidément poétique, ce que ne nous permet pas de déterminer le court énoncé. Il y a quand même les fruits aux goût de sang…
Mais ce style s’accorderait mal avec la formulation de type administratif qui suit : « Partition Inde-Pakistan (1947) ».
Je pense donc moi-aussi plutôt à une maladresse d’expression.

le 29 août 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.