Encore qu’elle pût comprendre / qu’elle ait pu comprendre

Bonjour,

Je n’arrive pas à savoir quel choix est le plus pertinent. Voici le bout de texte dans lequel se trouve mon problème :
« Thérèse avait été secouée par le meurtre de Vivet, puis de Paolini. Encore que, pour Paolini, elle pût / ait pu comprendre. (…) Elle frissonna, en repensant à cette sombre série. »

Nous sommes donc dans un texte au passé ; le personnage, Thérèse, repense à la mort de deux personnages.
Je n’arrive pas à savoir si je dois mettre du subjonctif imparfait ou du subjonctif passé dans « Encore que… » ? Mon instinct me dirait du subjonctif imparfait, mais je ne suis pas certaine et mes recherches internet ne m’aident pas vraiment…

Merci pour votre aide !!

calementine Amateur éclairé Demandé le 9 décembre 2020 dans Conjugaison
3 réponse(s)
 

Il me semble que les deux sont corrects.
L’imparfait du subjonctif est plus littéraire et le passé du subj. (comme temps composé) marque bien le caractère accompli de l’action.

joelle Grand maître Répondu le 9 décembre 2020

D’accord, merci  !

le 9 décembre 2020.

Notez bien qu’après la locution conjonctive encore que le subjonctif est courant mais n’est pas toujours obligatoire.

Prince Grand maître Répondu le 9 décembre 2020

Ah ? Même dans un texte littéraire (un roman) ? Enfin, dans quels cas n’est-il pas obligatoire ?

le 9 décembre 2020.

Subjonctif présent pour le présent dans le présent.
-> Je le crois bien qu’il me mente souvent.
Subjonctif passé pour le passé dans le présent.
-> Je le crois encore bien qu’il m’ait déjà menti.
Subjonctif imparfait pour le présent dans le passé.
-> Je le croyais bien qu’il me mentît souvent.
Subjonctif plus-que-parfait pour le passé dans le passé.
-> Je le croyais encore bien qu’il m’eût déjà menti.

La tolérance (pratiquement la nouvelle norme) consiste à ne plus utiliser les subjonctif imparfait et subjonctif plus-que-parfait, pour les remplacer par les subjonctif présent et subjonctif passé.
-> Je le croyais bien qu’il me mente souvent.
-> Je le croyais encore bien qu’il m’ait déjà menti.

Donc, selon que « pouvoir comprendre » se place au moment du crime ou du frisson :
Si c’est au moment du frisson -> bien que désormais elle pût comprendre.
Si c’est au moment du crime -> bien qu’alors elle eût pu comprendre.

En modernisant :
Si c’est au moment du frisson -> bien que désormais elle puisse comprendre.
Si c’est au moment du crime -> bien qu’alors elle ait pu comprendre.

Adrian Grand maître Répondu le 9 décembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.