emploi de l’impératif aprés un gérondif

Répondu

Voici la phrase dont le français est contesté.
« Tout en vous souhaitant la bienvenue ainsi qu’une bonne et harmonieuse installation,
recevez, monsieur, l’assurance de ma considération. »
L’emploi du verbe recevoir à l’impératif  est contesté.
Quel est votre avis saur la question ?
Merci !

 

Connu Débutant Demandé le 30 avril 2021 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Tout en vous souhaitant la bienvenue ainsi qu’une bonne et harmonieuse installation, je vous prie de
recevoir, Monsieur, l’assurance de ma considération.

L’emploi de l’impératif est contesté pour deux raisons :
1) un peu cavalier dans la langue officielle administrative, parfait pour la langue commerciale.
2) Surtout, rupture syntaxique (deuxième de la journée sur le site), vous ne pouvez mettre en rapport « recevez » qui a pour sujet « vous » et « tout en vous souhaitant » qui a pour sujet « je ». C’est une question de référent, la rédaction que je vous propose rétablit la bonne syntaxe et la maxi-déférence.
Si ce n’est pas clair, demandez-nous.

joelle Grand maître Répondu le 30 avril 2021

Excusez-moi Joëlle. Ayant été interrompue en pleine rédaction de mon message, je l’ai envoyé après vous.

le 30 avril 2021.

Il y a une anacoluthe.

L’anacoluthe, grammaticalement,  est une faute. Mais ça peut être une figure de style.

Prince Grand maître Répondu le 30 avril 2021

La phrase contient une rupture syntaxique.
Tout en vous souhaitant la bienvenue +on attend ici l’agent de souhaiter et non un impératif
Tout en vous souhaitant la bienvenue ainsi qu’une bonne et harmonieuse installation, je vous prie de croire, monsieur à mon entière considération.

Tara Grand maître Répondu le 30 avril 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.