ellipse du COD à côté d’un COI

Bonjour,

J’ai rencontré de nombreuses fois des phrases où une ellipse fait disparaître le COD quand celui-ci devrait être repris par un pronom, surtout quand il y a un COI également présent via un pronom. Comme je n’arrive pas à bien l’expliquer, rien ne vaut un exemple :
« Elle prend le dossier et lui tend ».
Ici, il s’agit donc de « elle le lui tend » pour « elle lui tend le dossier ».
Cette absence de COD est-elle une tournure acceptable dans l’usage quand le complément est déjà mentionné dans la phrase mais n’est pas repris par le pronom pour un verbe différent ? Est-ce une figure de style dont j’ignore le nom ?

Merci d’avance à celles et ceux qui accepteront de répondre à ma question.

Totoro Amateur éclairé Demandé le 21 août 2022 dans Général

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

3 réponse(s)
 

Eh bien non. Ce n’est pas correct. Selon la grammaire normative, le COD doit être  exprimé dans la deuxième proposition sous la forme d’un pronom. Chaque proposition d’une phrase a sa propre autonomie.
A l’oral, en effet, on peut entendre cela, parfois. C’est la particularité de l’oral de faire des entorses aux règles. Elles sont parfois ressenties comme des incorrections, parfois, elles ne sont pas remarquées par le plus grand nombre.
C’est sans doute ainsi que la langue évolue. Un autre exemple : à l’oral il est très fréquent que la règle du participe passé ne soit pas respectée, même par des locuteurs qui maîtrisent la langue.

Pour cette ellipse du pronom : à déconseiller même à l’oral.

Tara Grand maître Répondu le 21 août 2022

Bonjour Totoro,

C’est un  phénomène fréquent qui ne concerne que le pronom de la troisième personne (on ne dira pas : « Elle prend le dossier et me / te / nous / vous tend »), et qui est dû à une difficulté de prononciation (cf. ci-dessous « haplologie »), mais qu’on retrouve également à l’écrit. Extrait du Bon Usage :
« Par un phénomène d’haplologie, certains pronoms disparaissent d’une manière formelle, sans que pourtant « le signifié » dont ils sont porteurs soit absent de la communication. Dans la langue parlée, le, la, les s’effacent très souvent devant lui, leur. Ce phénomène apparaît parfois par écrit, même en dehors de la reproduction de conversations courantes. »

souriceau Maître Répondu le 21 août 2022

Je ne trouve pas le passage du B.U.

Prince Grand maître Répondu le 21 août 2022

Bonsoir Prince,

Il se trouve aux pages 920 et 21 de la 16e édition.

le 21 août 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.