Education nationale = tutelle institutionnelle ?

Bonjour,
Est ce que la phrase ci dessous est correcte ( par rapport à la formulation et non pas la syntaxe):
« Un discours politique émis par une tutelle institutionnelle, en l’occurrence: le ministère de l’éducation nationale »
-Si c’est le cas, alors peut-on considérer un ministre de l’éducation comme le représentant de la tutelle « de l’éducation nationale ».
Merci d’avance pour vos éclaircissements.

roysand Amateur éclairé Demandé 6 jours auparavant dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

L’Atelier du Centre de recherches historiques

Prince Grand maître Répondu 6 jours auparavant

Non, on ne peut considérer le ministre de l’Education nationale comme le représentant de la tutelle de toute l’Education nationale.
Car il n’a pas sous sa tutelle toute l’Educatio nationale
.

« ORGANISMES SOUS TUTELLE

La liste en cours de refonte (établissement d’enseignement supérieur, Universités, IUT; organismes de recherche,EPST, EPIC, EPCA).
CNOUS : Centre national des oeuvres universitaires et scolaires

CROUS : Centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires

GIP : Groupements d’intérêt public »

Prince Grand maître Répondu 6 jours auparavant

Je ne vois pas le sens que vous donnez à tutelle, le ministre est le chef de l’administration et l’Education nationale est une administration sous la responsabilité du ministre.
J’ai déjà entendu « ministre de tutelle », celui qui a la responsabilité de … mais tutelle institutionnelle, je ne vois pas.

joelle Grand maître Répondu 6 jours auparavant

Premier point
Si le MEN exerce une tutelle sur X, est-ce que le MEN est une tutelle, par métonymie ?
Celui qui exerce un tutelle sur moi, c’est mon tuteur. Est-ce que mon tuteur est ma tutelle, par métonymie ? Plutôt non. Parle-t-on différemment dans l’administration ? C’est possible : « je suis recteur d’académie et le MEN est ma tutelle ». D’une part je n’y crois pas, et d’autre part ce n’est pas au prétexte que cette façon de parler se généraliserait chez les fonctionnaires qu’il faudrait la valider.
Cependant, si vous voulez affirmer que la métonymie consistant à utiliser un nom de fonction pour désigner une personne ou une institution est toujours possible, alors, on ne peut pas formellement vous refuser cette formulation, que vous devez confronter à l’usage. Tel ministère est la tutelle de tel rectorat. Cela ne se dit pas, mais cela pourrait éventuellement se dire sans contrevenir aux principales règles du français.
Devant ce problème, on a généralisé l’usage de la locution « autorité de tutelle », qui reste une métonymie mais qui passe mieux : le MEN est mon autorité de tutelle. Il existe forcément des raisons intrinsèques à la langue qui font qu’on s’empare d’une métonymie mais qu’on en récuse une autre ; ces raisons sont mal connues.

Deuxième point
Si le MEN est une tutelle, alors le ministre de l’éducation est le représentant d’une tutelle. Il reste un sens logique, et pourtant cette phrase ne passe pas.

Mon avis
On peut imbriquer des réalités et des métonymies de diverses manières, mais jamais une réalité ne doit dépendre d’une métonymie.
Donc une personne ne peut pas être ministre d’une tutelle.

Chaudron Érudit Répondu 6 jours auparavant
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.