échinée à ou échiné à ?

Bonjour,

C’est un verbe pronominal réfléchi je crois ?
Mais il n’est pas dans la liste des verbes invariables.

Du coup, on écrit :
« le pull qu’elle s’est échiné à tricoter »
ou
« le pull qu’elle s’est échinéE à tricoter » ?

Merci d’avance

EmmaM Amateur éclairé Demandé le 9 mai 2018 dans Accords

« Il n’est pas sur la liste des verbes invariables ».
Connaîtriez-vous des verbes invariables  ?

le 10 mai 2018.

Emma a pris un petit raccourci mais je pense que le lecteur aura rectifié de lui-même, il s’agit sans doute des verbes à participe passé invariable. Par ailleurs je suis surpris de votre rectification, est-il considéré comme incorrect de dire qu’un élément se trouve ou non dans une liste ?

le 10 mai 2018.

On trouve un article intéressant sur les emplois de dans et sur… sur (!) le site de la BDL, ici. L’auteur de l’article affirme que sur une liste est d’emploi plus fréquent que dans une liste (je suppose que,  au vu de leur définition, que c’est le fait qu’une liste apparaît comme « une surface » et non un objet réel).

le 10 mai 2018.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Bonjour EmmaM.

Le verbe échiner est un verbe occasionnellement pronominal.
En effet le CNRTL donne à ce verbe transitif, parmi ses différentes acceptions, le sens de « fatiguer à l’excès ».

Pour les verbes occasionnellement pronominaux, c’est la règle de l’accord du participe passé conjugué avec avoir et suivi d’un infinitif qui s’applique : l’accord se fait avec le COD placé avant l’auxiliaire si ce COD fait l’action exprimée par l’infinitif.

Recherchons le COD : elle a échiné qui ?  « s' » mis pour »elle »

C’est bien « elle » qui va tricoter, donc accord :« le pull qu’elle s’est échinée à tricoter »

PhL Grand maître Répondu le 9 mai 2018

Cela m’a surpris, mais le verbe échiner admet un emploi transitif autre que l’emploi « vieilli » : il est reconnu non seulement par Trésor, mais explicitement cité par exemple dans les sites de conjugaison du Figaro et du Nouvel Observateur. (Il est vrai que Larousse ne reconnaît que la forme pronominale, mais la BDL ne le met pas dans la liste des verbes essentiellement pronominaux.)

Cela en fait donc un verbe pronominal réfléchi et non un verbe essentiellement pronominal – ce qui ne change rien à l’accord que vous indiquez.

le 9 mai 2018.

Vous avez raison, je n’avais pas vérifié dans le CNRTL.
Ce dernier donne même le sens de « fatiguer à l’extrême » que l’on peut donner ici.
Merci de me l’avoir signalé.
Je  vais corriger ma réponse de ce fait inadaptée.

le 9 mai 2018.

Ahhhhh, merci de vous être échinéS à répondre à mon interrogation !
Je n’imaginais pas que ce petit verbe cachait tant de complexité et d’incohérence !
Encore un qui essaie de se faire remarquer en n’entrant pas complètement dans le troupeau des verbes pronominaux.

EmmaM Amateur éclairé Répondu le 9 mai 2018

Vous m’avez rendue curieuse, Kerglof. Vous dites que vous ne retrouvez plus la phrase, mais ne pourriez-vous pas en inventer une qui illustrerait le propos ?

Zully Grand maître Répondu le 9 mai 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.